Une réplique géante du système solaire s’étend de Mégantic à Sherbrooke

Visiter à la fois la route des sommets et le système solaire, c’est ce que propose l’ASTROLab du Mont-Mégantic qui a inauguré jeudi sa réplique géante du système solaire qui s’étend de Lac-Mégantic à Sherbrooke. Il s’agit d’un vieux rêve caressé par l’Observatoire.

« Ça fait une dizaine d’années qu’on en parle pour le plaisir sur le coin de la table, mais les efforts plus sérieux pour financer et réaliser le projet se font depuis environ un an et demi, souligne Sébastien Giguère, coordonnateur scientifique à l’ASTROLab. L’idée c’est de se donner un sens des proportions du système solaire qui est très grand et difficile à imaginer. On a réduit l’ensemble du système solaire par un facteur de 100 000 000. »

À cette échelle, le dôme de l’observatoire représente le soleil tandis que la terre fait 12 cm de diamètre. Cette dernière est située en compagnie de Mercure, Vénus, Mars et Cérès à l’intérieur du parc national du Mont-Mégantic. 

Pluton, situé sur la promenade du lac des Nations à Sherbrooke fait un 2 cm de diamètre. Saturne, à Piopolis, Uranus à Lac-Mégantic, Jupiter, qui fait un impressionnant 135 cm de diamètre, à La Patrie et Neptune à Lambton sont également à l’échelle. Des panneaux informatifs accompagnent chacun des astres.

« On se retrouve avec l’un des plus grands modèles de système solaire au monde qui est à l’échelle de taille et de distance, explique Sébastien Giguère. On a une belle coïncidence parce que le système solaire a presque exactement la même taille que la Réserve internationale de ciel étoilé. Mais dans la réalité le système solaire est encore plus grand, il y a des planètes naines avec des orbites elliptiques qui vont beaucoup plus loin. On pourrait même aller placer des planètes naines à Montréal. Et à cette échelle, l’étoile la plus proche serait plus loin que la lune! »

Sébastien Giguère

Pour l’instant le projet est complet, mais l’Astrolab se laisse la possibilité de bonifier le système solaire.

« On a eu des demandes déjà de certaines municipalités qui aimeraient bien elles aussi avoir une planète, admet Sébastien Giguère. Peut-être qu’on pourrait les doubler éventuellement pour faire comme si elles étaient en orbite. On pourrait avoir aussi des projets de type de réalité augmenté. Mais pour l’instant, la phase 1 du projet est complète. »

Un inspecteur pour protéger le ciel étoilé

L’ASTROLab du Mont-Mégantic engagera un inspecteur pour veiller à contrer la pollution lumineuse dans la région.

« D’ici Noël on devrait avoir quelqu’un qui aidera les municipalités à faire appliquer les règlements quant à l’éclairage, souligne Bernard Malenfant, président de la corporation de l’ASTROLab du Mont-Mégantic. Il y a des projets qui se développent partout. Certains comme des immeubles à appartements ont de l’éclairage tellement aveuglant que les gens ont de la difficulté à dormir. »

« Pour changer les lumières, il faut demander un permis afin de vérifier la qualité et la légalité, explique-t-il. Mais des lumières blanches DEL sont installées partout et personne ne demande de permis. Il y a beaucoup de dossiers à surveiller. »

Le conseiller municipal et membre de la corporation de l’ASTROLab, Claude Charron, admet qu’il reste beaucoup de travail à faire.

« Un des objectifs du projet de système solaire géant (voir autre texte) est de sensibiliser les gens à la pollution lumineuse, mentionne-t-il. C’est quelques gouttes d’eau dans l’océan, mais une goutte va peut-être nous permettre d’aboutir à quelque chose. Il reste encore beaucoup à faire, notamment dans le secteur commercial. Ils veulent s’afficher, mais on ne peut pas avoir d’enseigne lumineuse blanche. C’est toujours le même problème, nos inspecteurs ont du travail par-dessus la tête. »