Une structure sera installée dans les prochains jours au parc Smith de Danville et les artistes vont créer directement sur place.
Une structure sera installée dans les prochains jours au parc Smith de Danville et les artistes vont créer directement sur place.

Une oeuvre collective au parc Smith de Danville

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Plusieurs artistes de Danville ont décidé de se rassembler pour former le Collectif des Artistes en Arts Visuels de Danville . Leur premier grand projet, une structure à trois facettes au parc Smith, se mettra en branle dans les prochains jours.

Le Collectif regroupe Anouk Lacasse, Brigitte Martin, Gaëtan Macra, Marie Bélanger, Noël-Ange Coderre, Roxane Ayotte, Véronique Boislard et Line Blouin. Ils participeront tous à l’œuvre collective.

« C’est possiblement le premier projet collectif en arts visuels qui aura une permanence à Danville, indique Line Blouin, l’une des fondatrices du Collectif et elle-même artiste multidisciplinaire en arts visuels. Six artistes vont peindre sur les trois surfaces. Noël-Ange Coderre fera une sculpture et Gaëtan Macra créera un rappel architectural des vieilles maisons de Danville. Il est aussi créateur-constructeur de la structure. » 

La structure devrait être installée par la Ville le 28 août et les artistes vont créer directement sur place.

« C’est de la peinture en direct, ce n’est pas rien, mentionne Mme Blouin. Le thème de la structure sera le rassemblement. C’est un sujet chaud et un sujet de cœur. »

Mise à part cette structure, le Collectif tentera de faire découvrir le travail des artistes locaux.

« Danville est une ville où il y a beaucoup d’artistes et bien souvent comme dans bien des villes, les gens sont plus isolés, résume Mme Blouin. On veut assumer davantage la présence des artistes. Il y a une présence secrète, plus underground, des artistes, et on souhaite que ce soit plus visible. »

L’obtention d’un local est notamment dans les plans du Collectif. Le projet est rendu possible grâce notamment au soutien financier de la ville de Danville dans le cadre de sa politique culturelle  et grâce à de nombreux commanditaires. Le projet est aussi parrainé par RAVIR, le regroupement des artistes vivant en ruralité.