Une vingtaine de citoyens ont marché du Centre Sainte-Famille jusqu’au Couvent Mont-Saint-Patrice en guise de manifestation contre le déménagement du Centre d’art de Richmond.

Une manif pour contrer le déménagement du Centre d'art de Richmond

Plus de 80 citoyens ont bravé la pluie dimanche pour manifester contre le déménagement du Centre d’art de Richmond. Équipés de plusieurs pancartes, petits et grands ont marché du Centre Sainte-Famille jusqu’au Couvent Mont-Saint-Patrice, pour ainsi ramener symboliquement l’organisme culturel sous son toit initial.

Rappelons que le conseil d’administration du Centre d’art de Richmond a annoncé au début d’octobre sa décision de quitter le Couvent Mont Saint-Patrice pour relocaliser ses activités au Centre Sainte-Famille. L’organisme espère ainsi assurer la viabilité de l’organisme culturel, notamment avec une salle de spectacles un peu plus grande. Dominic Pearson, président du conseil d’administration, avait alors affirmé en entrevue avec La Tribune que le déménagement se ferait au mois de mai, à la fin de la saison d’activités.

Néanmoins, ce départ a fait réagir plusieurs citoyens de Richmond. Sans ce locataire important, le Couvent Mont-Saint-Patrice perd 20 000 $ par année, ce qui représente 20 pour cent des loyers. Benoit St-Pierre, président du conseil d’administration du Mont-Saint-Patrice, avait aussi soulevé le 30 pour cent vacant de l’établissement qui s’ajoute à cette perte de 20 pour cent.

Outre la marche de dimanche, une pétition s’opposant au déménagement circule actuellement. Selon Jeannette Comeau-Charland, fondatrice des Amis de la musique du Centre d’art de Richmond, la pétition compte maintenant plus de 500 signatures.

« Nous venons revendiquer plus d’explications de la part du Centre d’art de Richmond. Il y a un conseil d’administration qui a pris cette décision en huis clos, entre eux. C’est une grosse décision qui met en péril la conservation du bâtiment patrimonial du Couvent Mont-Saint-Patrice, qui date de 1884. Grâce au Centre d’art, l’établissement peut recevoir des subventions. Depuis longtemps, plusieurs personnes sont impliquées dans le sauvetage du bâtiment. On y est attaché. Déplacer un symbole, ça se fait, mais pas seulement en petit groupe. Ça se fait avec toute une communauté », déplore Dominic Fontaine-Lasnier, porte-parole du mouvement citoyen.


« Nous venons revendiquer plus d’explications de la part du Centre d’art de Richmond. Il y a un conseil d’administration qui a pris cette décision en huis clos, entre eux. C’est une grosse décision qui met en péril la conservation du bâtiment patrimonial du Couvent Mont-Saint-Patrice. »
Dominic Fontaine-Lasnier, porte-parole du mouvement citoyen

Mme Comeau-Charland s’inquiète pour sa part de l’avenir des organismes à but non lucratif logeant au Couvent Mont-Saint-Patrice qui devront assumer les coûts de l’établissement à eux seuls.

« Il y a des projets qui ne pourront pas se réaliser si le Centre d’art quitte. Ce sont aussi des conséquences sur la démocratie de l’organisme, qui a été fondée sur la participation citoyenne de plusieurs personnes. Plusieurs se sont impliqués et personne n’a été impliqué dans cette décision. C’est un sentiment de trahison », affirme Mme Comeau-Charland.

Deuxième rencontre d’information

Le Centre d’art de Richmond tiendra une deuxième rencontre d’information lundi, à la suite de son assemblée générale annuelle. Selon un communiqué de presse émis par l’organisme, la rencontre aura pour but d’échanger avec les citoyens et ainsi leur présenter quelques données.

« Nous avons hâte de savoir quelles sont les bonnes raisons de ce déménagement. Si elles sont bonnes, elles vont convaincre l’assemblée », ajoute M. Fontaine-Lasnier.