La ministre Marguerite Blais annonce la construction d’une maison des aînés à Coaticook.
La ministre Marguerite Blais annonce la construction d’une maison des aînés à Coaticook.

Une maison des aînés ouvrira à Coaticook

Alors que des voix s’élèvent pour réclamer de meilleurs soins pour les personnes âgées au Québec, le gouvernement provincial annonce qu’une maison des aînés sera construite à Coaticook.

Le nouvel édifice sera situé sur la rue Jeanne-Mance, en face du Centre de santé et services sociaux, selon la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, et la députée de Saint-François, Geneviève Hébert.

Cette maison des aînés comptera 48 places à la disposition de la population de la région.

Elle offrira aux résidents un milieu de vie à dimension humaine, constitué de quatre unités climatisées de 12 places chacune, et comportant des chambres individuelles avec toilette et douche adaptée pour chaque résident, ajoute-t-on. 

« Notre gouvernement accélère la transformation des milieux d’hébergement pour les aînés et les personnes ayant des besoins spécifiques », soutient Mme Blais.

« Cette construction d’une maison des aînés à Coaticook démontre notre action dans ce dossier. Ce nouveau standard de qualité améliorera le quotidien des résidents, des proches ainsi que du personnel. »

Ce nouveau type d’hébergement rappellera davantage un domicile et favorisera les contacts humains ainsi qu’un mode de vie plus actif, entre autres grâce à un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures mieux adaptées aux besoins des résidents et de leurs proches, souligne un communiqué de presse.

On a prévu des mesures pour prévenir la propagation de virus comme on l’observe actuellement dans certains CHSLD de la province. L’environnement des maisons des aînés facilitera l’application des mesures de prévention et de contrôle des infections en cas d’éclosion. Cette transformation sera aussi bénéfique pour le personnel qui travaille dans ces milieux, et contribuera d’ailleurs à l’attractivité et à la rétention de cette main-d’œuvre, assure-t-on.

« Je suis persuadée que cette maison favorisera leur épanouissement dans le respect de leurs besoins d’intimité et de sécurité. Elle contribuera ainsi à leur mieux-être physique et psychosocial. Nous pouvons en être très fiers », affirme pour sa part Geneviève Hébert.

Rappelons qu’afin d’accélérer la construction des maisons des aînés et alternatives, le gouvernement a annoncé qu’un montant de 309 millions $ du Plan québécois des infrastructures 2020-2030 serait devancé à cette année.

Cette maison des aînés s’inscrit dans le cadre d’une démarche de transformation majeure des milieux d’hébergement et de soins de longue durée qui va nécessiter un investissement de plus de 2,6 milliards de dollars de la part du gouvernement du Québec. D’ici la fin de 2022, ce sont 2600 nouvelles places qui seront construites en maisons des aînés ou en maisons alternatives.

Toutes les nouvelles places prévues ont été déterminées par un croisement des plus récentes données de la liste d’attente en hébergement avec les projections du nombre de places supplémentaires qui seront requises dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population, indique-t-on.