Raynald Drolet et Simon Madore

Une lutte à deux à la mairie de Coaticook

Les électeurs de la MRC de Coaticook auront plusieurs bons débats à se mettre sous la dent cet automne. Dans la Ville de Coaticook, une course à deux se tiendra entre Raynald Drolet et Simon Madore. À Waterville, trois candidats s’affronteront pour briguer la mairie.

Du côté de Coaticook, les électeurs auront droit à une course entre deux visages bien connus de la région. Simon Madore, conseiller municipal depuis les huit dernières années s’oppose à Raynald Drolet, qui lui, occupe le poste de conseiller municipal depuis 12 ans.

La course semble un peu stressante pour les deux opposants. Par contre, la campagne se fera dans le respect, d’un côté comme de l’autre. « C’est de bon augure, commente Simon Madore. J’apprends beaucoup. Chaque journée est différente. C’est le fun! » continue M. Madore, qui vit une élection pour la première fois. En effet, le candidat, qui est aussi homme d’affaires, avait toujours été élu par acclamation.

S’il est élu maire, l’objectif de Simon Madore sera de remplir la Ville de Coaticook de nouveaux visages. « Je veux amener du monde. On a des emplois et des terrains disponibles à Coaticook. Ça va être mon cheval de bataille », affirme-t-il.

De son côté, Raynald Drolet semble aussi un peu nerveux en vue de cette course à deux. « Je suis fébrile, mais ma campagne va bien jusqu’ici. Plus ça avance, plus je suis encouragé. Je n’ai pas encore reçu de claque dans la face! », ricane-t-il.

S’il est élu maire, Raynald Drolet aimerait donner la parole aux résidents de Coaticook. « Je veux vraiment faire une politique vers le citoyen. Je pense qu’actuellement, on prend trop de décisions en groupe fermé au conseil municipal. Je veux vraiment être à l’écoute et ne pas avoir peur de consulter le citoyen », indique-t-il.

Autres municipalités
La mairesse sortante de Waterville, Nathalie Dupuis, qui est en quête d’un deuxième mandat, était seule dans la course jusqu’à vendredi après-midi. En effet, Clifford Reed, qui s’était déjà présenté en 2013, est arrivé dans la course. Coup de théâtre, Josée Bélanger, une citoyenne de Waterville depuis une vingtaine d’années, s’est également portée candidate pour la mairie.

La campagne sera donc plus corsée pour Mme Dupuis. « C’est une approche très démocratique. On va voir ce qu’il va arriver. Je ne connais pas encore Mme Bélanger. J’ai bien hâte de voir ce qu’elle est capable de faire », a commenté Nathalie Dupuis.

De son côté, Mme Bélanger aimerait qu’il y ait plus de transparence au sein de la mairie. « Je pense que la municipalité a besoin d’un vent de fraîcheur. La jeunesse migre vers d’autres régions. Quand on va au conseil, on a l’impression que toutes les décisions sont déjà prises. Il n’y a rien de novateur. Je trouve que le village est en train de mourir », indique-t-elle.

Dans la municipalité de Compton, le maire Vanasse aura droit à un deuxième mandat. L’écrivain Benoît Bouthillette, quant à lui, sera conseiller municipal.

Plusieurs batailles à prévoir dans le Haut-Saint-François

La mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse, sera l’une des seules chanceuses à se faire élire par acclamation dans le Haut saint-François. En effet, celle qui pilote la municipalité depuis huit ans n’a pas d’opposant et aura automatiquement un nouveau mandat.

Mme Bresse sent que les résidents d’Ascot Corner sont derrière elle. « Quand on n’a pas d’opposition, je pense que ça veut dire qu’on fait un bon travail et que les citoyens nous disent de continuer sur cette bonne lancée », se réjouit Mme Bresse.

Pour les quatre prochaines années, Mme Bresse aimerait voir l’érection du garage municipal d’Ascot Corner. Elle aimerait aussi que l’agrandissement de l’école primaire se fasse assez rapidement.

De grosses batailles

À East Angus, la mairesse sortante Lyne Boulanger tentera d’obtenir un deuxième mandat. Celle-ci s’opposera à la citoyenne Martine Dugal. Les citoyens devront aussi voter pour quatre conseillers municipaux.

Du côté de Cookshire Eaton, une autre course à trois est à prévoir entre les conseillers municipaux Sylvie Lapointe, Yvon Roy et le citoyen Marc Turcotte. Des élections seront également à faire dans quatre des six districts de la municipalité.

Dans la municipalité de Weedon, les électeurs pourront voir une course à trois candidats. Plusieurs gros projets s’annoncent, notamment en vue de l’arrivée d’une entreprise de cannabis médicinal.

Le maire sortant de Weedon, Richard Tanguay, est bien fier d’avoir amené ce projet dans la ville. « On a réussi à attirer une entreprise qui pourrait générer 400 emplois directs. C’est un des gros projets que j’espère pouvoir compléter. Même si je ne suis plus maire, j’espère que le projet va se réaliser », affirme M. Tanguay, ajoutant que ce dossier serait une priorité en vue d’un prochain mandat.

M. Tanguay est également content d’avoir de la compétition pour le poste de maire. « Je trouve ça intéressant. Ça prouve que la santé démocratique de notre municipalité est positive. On a même des élections au niveau des conseillers municipaux. Du moment que des gens sont intéressés à travailler pour la communauté, c’est une bonne nouvelle », commente M. Tanguay, qui tentera d’obtenir un troisième mandat à titre de maire.

À Weedon, le maire sortant, Richard Tanguay, affrontera le conseiller municipal Eric Decubber et la citoyenne Diane Jalbert.