En tant qu’ambassadeur de La Tribune de la Guignolée des médias 2018, je vous invite à venir rencontrer les artisans de votre quotidien jeudi matin au bout du pont Jacques-Cartier.

Une guignolée qui vient du coeur

BILLET / La Guignolée des médias… Depuis maintenant 15 ans, le premier jeudi de décembre marque le lancement du temps des Fêtes.

Sous la neige, la pluie, dans le froid ou au soleil, je descends dans la rue pour lancer cet appel à la générosité avec tous mes collègues. Je me coiffe de ma tuque de lutin, je prends ma canisse et j’invite à donner des dons en argent ou en denrées.

À coups de poignées de change, de 5 $, de 20 $ ou même quelques fois de 100 $, les Sherbrookois font leur part pour venir en aide à ceux qui en ont un peu plus besoin qu’eux à quelques semaines de Noël.

Entre collègues, on passe de véhicule en véhicule, on monte sur les camions, on entre dans les autobus de la STS et on cause parfois de bouchons de circulation pour la bonne cause.

À la plupart des coins de rue de Sherbrooke, en ce jeudi, des représentants de tous les médias vous attendront avec le sourire.

Un sourire de gratitude qui rejaillira quelques jours plus tard lors des distributions des paniers de Noël de la Fondation Rock-Guertin ou lors des activités de Moisson Estrie.

Si mes enfants me voyaient quitter la maison avant le lever du soleil pour cette activité annuelle avec le regard interrogateur quand ils étaient petits, ils sont maintenant en âge de mieux comprendre la signification de ce geste.

Adhésion à cet élan de générosité qui s’est même transformé en implication pour ma fille aînée une fois devenue adolescente. Depuis trois ans, elle m’accompagne dans cette activité.

Quelques heures consacrées aux autres qui, multipliées par l’implication des uns et la générosité des autres, vont permettre de donner un coup de pouce plus que nécessaire à certaines familles ou à des personnes seules.

Si vous croisez ces artisans des médias demain matin, sortez vous aussi votre sourire et un peu d’argent de vos poches, à la hauteur de votre capacité.

Pour les artisans de La Tribune, ce sera au bout du pont Jacques-Cartier à l’intersection de la rue Denault que nous vous attendrons. Je vous invite à venir nous y rencontrer.

Que ce soit à notre coin de rue ou à tout autre en ville, joignez-vous à cette tradition de générosité que l’on perpétue d’année en année…