Le Cégep de Sherbrooke et le Cégep Beauce-Appalaches s’unissent afin de pouvoir offrir dans leur milieu le programme de soins préhospitaliers d’urgence, qui permet de former les futurs ambulanciers paramédicaux.

Une formation pour futurs ambulanciers à Sherbrooke et Lac-Mégantic?

Le Cégep de Sherbrooke et le Cégep Beauce-Appalaches s’unissent afin de pouvoir offrir dans leur milieu le programme de soins préhospitaliers d’urgence, qui permet de former les futurs ambulanciers paramédicaux.

Les deux institutions ont transmis une demande en ce sens au ministère de l’Éducation.

Le programme serait offert au Centre d’études collégiales de Lac-Mégantic (qui fait partie du Cégep Beauce-Appalaches) et au Cégep de Sherbrooke. Les deux institutions conviendraient alors d’un modèle de formation. Le Cégep de Sherbrooke offre déjà la formation continue des ambulanciers paramédicaux grâce au CEREFS, rappelle le directeur des études du Cégep de Sherbrooke, Éric Gagné. 

L’établissement sherbrookois rapporte que les perspectives d’emploi dans ce domaine sont « excellentes dans la région de Chaudière-Appalaches » et « bonnes » dans la région de l’Estrie. 

La formation n’est pas offerte, en ce moment, dans aucune de ces deux régions. —Le fait d’offrir la formation en partenariat permettrait un partage des ressources et du même coup d’élargir le bassin de recrutement d’étudiants. 

« Tous les étudiants en provenance de Chaudière-Appalaches et de l’Estrie doivent aller ailleurs au Québec pour être formés. Ça, ce n’est jamais très favorable pour faire le recrutement du personnel », commente Lison Chabot, directrice des études au Cégep Beauce-Appalaches.

Les prévisions de l’effectif scolaire du ministère de l’Éducation permettent d’anticiper une hausse de la population étudiante du 5e secondaire pour les commissions scolaires de la Beauce-Etchemin, de Sherbrooke et des Sommets de 2019 à 2030, selon un document de travail. Toujours selon celui-ci, l’effectif scolaire sera « plutôt stable » pour les commissions scolaires des Hauts-Cantons et des Appalaches pour cette même période. Les deux institutions notent du même coup qu’il existe un bassin de recrutement suffisant pour offrir sur une base permanente le programme.

L’institution sherbrookoise avait déjà essuyé deux refus par le passé, mais espère maintenant que cette fois-ci sera la bonne. « Nos discussions préliminaires avec les ministères de l’Éducation et de la Santé démontrent qu’il y a une écoute des ministères... » commente M. Gagné.

Les deux institutions ont reçu un appui favorable de Service Québec (auparavant Emploi Québec), note également Mme Chabot. 

Même s’il ne s’agit pas du but premier, offrir le programme aiderait également le Centre d’études collégiales de Lac-Mégantic. « On est dans une période plus difficile, explique Mme Chabot. On n’a pas tout à fait 100 étudiants. On souhaite pouvoir continuer à offrir des services à Lac-Mégantic. C’est une belle possibilité avec le programme; on n’a pas besoin d’infrastructures supplémentaires... » Peut-on dire que le centre d’études collégiales de Lac-Mégantic est en danger? « Je ne peux pas dire ça. Mais on vise de maintenir à au moins 150 étudiants. » 

Si Québec donnait l’autorisation aux deux institutions, quand pourraient-elles offrir le programme? Pas avant 2022, avance M. Gagné, en se montrant prudent sur l’échéancier. 

Par ailleurs, le Cégep de Sherbrooke vient de démarrer une attestation en techniques policières. L’établissement a été approché par le ministère de l’Éducation.

Exceptionnellement, les étudiants qui sont inscrits à cette cohorte ne suivent pas le parcours habituel, celui du diplôme d’études collégiales en techniques policières (DEC) et de l’École de police. On parle plutôt d’une attestation existant pour les personnes qui ont déjà un diplôme d’études collégiales ou universitaires, résume M. Gagné. Cela permet notamment de recruter des employés ayant déjà certaines expertises. « Il voulait que la cohorte se donne en région. » 

Environ 32 étudiants de partout au Québec suivent donc cette attestation à Sherbrooke.