L’équipe de Recherche et Sauvetage Sherbrooke Haut-Saint-François est à la recherche de bénévoles. Parmi les membres de ce regroupement, on retrouve Guy Fournier et Jean Lefebvre, respectivement secrétaire et président. « Tout le monde qui est en bonne forme physique est le bienvenu dans notre groupe », assurent les deux hommes.
L’équipe de Recherche et Sauvetage Sherbrooke Haut-Saint-François est à la recherche de bénévoles. Parmi les membres de ce regroupement, on retrouve Guy Fournier et Jean Lefebvre, respectivement secrétaire et président. « Tout le monde qui est en bonne forme physique est le bienvenu dans notre groupe », assurent les deux hommes.

Une équipe de sauvetage recherche des bénévoles

Chloé Cotnoir
Chloé Cotnoir
La Tribune
L’équipe de Recherche et Sauvetage Sherbrooke Haut-Saint-François (RSSHSF) est à la recherche de bénévoles. La mission de cet organisme est de porter assistance aux corps policiers et à la sécurité publique pour retrouver des personnes disparues en forêt ou en situation de détresse.

RSSHSF compte une vingtaine de bénévoles. L’organisme espère grossir ses rangs dans la prochaine année. « Nous aimerions recruter une trentaine de personnes. Avec 50 membres actifs, on arrive à avoir une bonne équipe de marcheurs lorsqu’une mission survient », explique Jean Lefebvre, président par intérim du RSSHSF.

Le groupe intervient à la demande de la Sûreté du Québec, de la Sécurité publique et de tout autre organisme ou citoyen requérant ses services en Estrie principalement. Les bénévoles ont entre autres été mis à profit dans les dernières années lors des recherches visant à retrouver Matthieu Lapierre au mont Gosford et Shelley Stevens à Asbestos.

Les personnes intéressées à joindre ce regroupement doivent être en bonne forme physique et aimer le plein air. Avant de pouvoir participer à une mission de recherche, les bénévoles doivent recevoir une accréditation du ministère de la Sécurité publique.

« Pour l’obtenir, il faut suivre des formations de base sur l’utilisation de cartes et boussoles, sur les techniques de recherche au sol. Il y a également un volet protection des indices. Il y a ensuite un examen théorique pour obtenir l’accréditation », énumère M. Lefebvre.

Formation continue

Une fois la certification en poche, les membres peuvent participer à des missions de sauvetage. L’équipe du RSSHSF demande à ses bénévoles de consacrer 30 heures par année à l’organisme, que ce soit en prenant part à des exercices terrain ou à des formations généralement organisées au Centre de formation des pompiers à Cookshire-Eaton.

« Nous donnons de la formation continue. Nous couvrons plusieurs sujets mais ça peut être une formation sur l’utilisation du GPS, sur les différentes techniques de nœud si nous avons par exemple à assurer le transport d’une personne blessée à l’extérieur du bois ou sur le profil des disparus. Un enfant de trois ans égaré en forêt va généralement finir par s’asseoir lorsqu’il va être fatigué et il peut se cacher sous un sapin ou sous un arbre. À l’inverse, une personne atteinte d’alzheimer va marcher sans but pendant très longtemps. Nos yeux de chercheurs travaillent différemment selon le profil de la personne disparue », illustre M. Lefebvre.

Expérience complémentaire

Selon Guy Fournier, membre du RSSHSF, une des forces du groupe repose dans la complémentarité de ses membres. Pompier retraité, M. Fournier a des connaissances différentes de M. Lefebvre, psychoéducateur de formation.

« Sur une ligne de marche, toutes les personnes ont des connaissances différentes. En tant qu’ancien pompier, je suis plus outillé pour intervenir dans certaines situations où d’autres personnes le sont moins. Ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise par exemple si l’on retrouve une personne décédée », fait valoir M. Fournier.

« Dans mon cas j’ai travaillé toute ma vie en relation d’aide alors je suis plus à l’aise d’intervenir avec une personne retrouvée », poursuit M. Lefebvre en précisant que tout le monde, peu importe leur formation, peut être utile dans le regroupement.

« C’est même notre force », insiste M. Fournier.

L’organisme RSSHSF a été fondé en 2003. Il est reconnu et accrédité par l’Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage. Les personnes intéressées à joindre l’équipe de RSSHSF peuvent visiter le www.rsshsf.com. Une première cohorte de formation commence samedi.