Durant le tour de table des élus à la fin de l’assemblée du 3 avril, Bertrand Bilodeau avait offert des commentaires en lien avec l’épineux dossier du Lovering Biergarten, qui a divisé les élus et la population magogoise ces derniers mois.

Une enquête envisagée sur les propos du conseiller magogois Bilodeau

MAGOG — Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a révélé au citoyen Steeve Cloutier, par voie écrite, qu’une enquête était envisagée au sujet de propos tenus par le conseiller municipal Bertrand Bilodeau lors d’une récente assemblée publique du conseil de ville de Magog.

Directement ciblé par le conseiller Bilodeau lors de l’assemblée du 3 avril dernier, M. Cloutier a fait parvenir une plainte à deux organisations distinctes quelques jours après cette séance publique. Le DGEQ en a reçu une tout comme la Commission municipale du Québec.

Attachée au bureau des plaintes du DGEQ, l’avocate Isabelle Bédard-Dubé a elle-même révélé au citoyen, mardi matin, qu’elle recommandera à ses supérieurs la tenue d’une enquête. L’objectif sera de vérifier si Bertrand Bilodeau a utilisé la liste électorale de manière inappropriée ces derniers mois.

Durant le tour de table des élus à la fin de l’assemblée du 3 avril, Bertrand Bilodeau avait offert des commentaires en lien avec l’épineux dossier du Lovering Biergarten, qui a divisé les élus et la population magogoise ces derniers mois.

« Il y a un citoyen qui m’a téléphoné et qui n’était pas content, a-t-il relaté. Il était pour le biergarten, lui. Il me l’a mentionné et j’ai dit attend un peu parce que madame la greffière nous a envoyé la liste de tous ceux qui ont voté. J’ai n’ai pas vu son nom. Il n’est pas capable de se déplacer pour le vote, mais il m’appelle pour me tomber dans la face. »

Bertrand Bilodeau

Advenant que le conseiller municipal ait effectivement commis une faute avec la liste électorale, il serait passible d’une amende allant de 500 à 2000 $.

Dans le cadre d’une entrevue accordée à La Tribune mardi, M. Bilodeau a tenté de rectifier le tir et a affirmé qu’il s’était mal exprimé le 3 avril dernier.

« Je ne parle pas souvent en public, vous savez. Ce que j’ai fait en réalité c’est de vérifier avec la liste à jour des gens ayant voté si un citoyen en particulier avait pris part au vote en novembre. Je n’ai pas ressorti la liste juste pour ça récemment. J’ai fait ma vérification pas longtemps après les élections. Et je me suis souvenu de ça lorsque cette personne m’a appelé pour le biergarten », a-t-il fait valoir.