Il y a quelques années, l’église de Saint-Camille a été transformée en centre multifonctionnel. Elle accueille désormais des événements tels que des spectacles ainsi que des conférences.

Une dernière messe à Saint-Camille

Les cloches ont sonné une dernière fois pour une messe à Saint-Camille dimanche. La Municipalité souhaite toutefois que ses citoyens puissent continuer d’assister à des rites religieux, malgré que l’église du village, maintenant devenue un centre multifonctionnel, ait perdu son titre de lieu de culte.

La décision de mettre un terme à ces célébrations s’explique en grande partie sur le manque de fidèles. C’est une dizaine de pratiquants qui se rendaient à la messe dominicale chaque semaine, selon le maire de la municipalité Philippe Pagé. Les gens désirant assister à la messe devront dorénavant se déplacer à Wotton.

Mais en perdant son statut de lieu de culte, l’église met aussi en péril la célébration de plusieurs rites religieux. « Quand un endroit perd son statut de lieu de culte, il ne peut plus y avoir automatiquement des célébrations comme des mariages, des baptêmes et des funérailles. Ce point est un enjeu extrêmement important pour la municipalité. Par exemple, il est primordial pour les gens vivant à Saint-Camille de pouvoir continuer à être enterrés ici s’ils le souhaitent », mentionne M. Pagé.

Des mesures seront donc prises afin d’assurer la pérennité de ces services et des permissions spéciales devront être demandées à l’archevêque de Sherbrooke. « On veut faire pression sur l’archevêché, parce qu’il semblerait que dans d’autres paroisses, les gens ne doivent pas avoir de permissions spéciales. Nous avons une résolution extrêmement forte et unanime du conseil municipal. Nous souhaitons nous assurer que ces rites moins ponctuels continuent à avoir lieu », explique-t-il.

Sauvegarder le patrimoine

M. Pagé désire également préserver les objets symboliques appartenant au patrimoine de la municipalité, dont la toile représentant Saint-Camille-de-Lellis ainsi que le maître-autel. Il veut également porter une attention particulière à la Chapelle Saint-Antoine ainsi qu’au cimetière de Saint-Camille.

« Pour la communauté, ces objets et ces lieux-là ont des valeurs sentimentales et patrimoniales extrêmement fortes. C’est très important pour nous de les garder. »

Le maire du village a pris la parole à la fin de la dernière messe dimanche. « Je tenais à rassurer les paroissiens pour les informer que nous allons garder ces objets et que nous allons trouver une façon d’obtenir une entente avec la Fabrique pour les acquérir ou à tout le moins en être les responsables pour une période très longue. » Une rencontre est prévue entre la municipalité et la paroisse prochainement.

Le patrimoine et la culture sont deux aspects importants pour l’administration en place. « On a la chance d’avoir un très beau cœur villageois, on a des bâtiments datant du milieu du 19e siècle. C’est ce qui donne le cachet à notre municipalité, c’est notre histoire et c’est nos ancêtres qui ont bâti ça, donc c’est important pour nous de le préserver à tout prix », souligne-t-il.