Les familles Chainey et Deslandes, dont plusieurs membres se sont rasé les cheveux dimanche, ont amassé jusqu’à maintenant plus de 17 700 $ pour lutter contre le cancer.
Les familles Chainey et Deslandes, dont plusieurs membres se sont rasé les cheveux dimanche, ont amassé jusqu’à maintenant plus de 17 700 $ pour lutter contre le cancer.

Une bonne dose d’amour et de soutien pour Ivy

SHERBROOKE — La petite Ivy Chainey d’Asbestos a reçu une bonne dose d’amour et d’encouragement dans son combat contre la leucémie dimanche lorsque plusieurs membres de sa famille se sont rasé les cheveux pour amasser de l’argent pour Leucan.

Ivy, neuf mois, est atteinte d’une leucémie myéloïde aigüe doublée d’une anomalie génétique. Une combinaison extrêmement rare : Ivy est la troisième au monde à recevoir ce diagnostic.

Le défi têtes rasées des familles Chainey et Deslandes s’est donc tenu dimanche à la caserne de pompiers d’Asbestos.

« C’était vraiment le fun et ça fait du bien de voir tout le monde faire ça, mentionne Gabrielle Deslandes, la maman d’Ivy. On était super bien entouré. C’était émouvant. »

Les familles Chainey et Deslandes ont amassé jusqu’à maintenant plus de 17 700 $ pour lutter contre le cancer.

« Je trouve ça énorme, je ne m’attendais jamais à un montant aussi gros, admet Gabrielle. Je n’en reviens pas de la générosité de tout le monde. »

Le défi têtes rasées des deux familles étaient présenté en direct sur Facebook. Plusieurs centaines de personnes ont visionné et quelques dizaines ont écrit des encouragements. 

« On était cinq au départ, mais une dame d’Asbestos s’est jointe à nous, raconte Mélorie Chainey, la tante d’Ivy. On ne la connaissait pas, mais elle a été touchée par l’histoire d’Ivy et elle s’est jointe à nous. Elle a amassé 800 $ en une semaine. On voit que ça touche les gens. Ils sont généreux et c’est beau à voir. »

Le frère de Gabrielle et quelques-uns de ses amis se sont également rasé les cheveux dimanche.

Jocktan Chainey, Ivy Chainey et Gabrielle Deslandes.

Gabrielle Deslandes ne s’est pas prêtée au jeu... pour une très bonne raison.

« Ivy est petite et les travailleurs sociaux à Sainte-Justine conseillent aux parents de l’enfant de ne pas se raser les cheveux, explique-t-elle. C’est sur que le père, il n’avait pas de longs cheveux donc c’est moins pire, mais ils le déconseillent. Les enfants sont hospitalisés et rencontrent beaucoup de gens, ils sont plus inquiets et ça peut causé un certain stress. Surtout, qu’à cet âge la mère est souvent la grande figure d’attachement. »

La collecte reste ouverte jusqu’à la fin de l’année 2020. Entre-temps, Ivy subira une seconde ronde de traitements dès lundi.

« Même si son système immunitaire n’est pas tout à fait à point, on risque de faire le deuxième traitement parce qu’il ne faut pas trop attendre, résume Gabrielle Deslandes. Avec le type de leucémie qu’elle a, ils essaient de donner un traitement intensif sur de petites périodes. On risque d’être hospitalisé un bon cinq à sept semaines. »