Catherine Litalien et Patrick Maillé devaient partir sillonner l’Amérique pendant un an. Le couple d’Orford songe maintenant à étirer le périple au moins une année de plus.

Une année de plus pour un couple parti sillonner l’Amérique?

Catherine Litalien et Patrick Maillé devaient partir sillonner l’Amérique pendant un an. Le couple d’Orford songe maintenant à étirer le périple au moins une année de plus.

Après avoir converti un autobus scolaire, les deux amoureux sont partis le 4 septembre dernier avec l’objectif de se rendre en Patagonie, au sud du continent. Ils ont appris récemment que le couple qui louait leur maison était prêt à y demeurer une deuxième année. Depuis leur départ, le trajet se défile au gré de leurs envies.

Lire aussi: Sillonner les Amériques dans un bus retapé

Résultats: les arrêts ont été beaucoup plus nombreux qu’anticipés, les endroits magnifiques sur la planète étant légion. C’est l’avantage de vivre dans ce type de véhicule, note Catherine Litalien. Au moment de l’entrevue, le couple se trouvait à proximité de Guadalaraja, au Mexique. Le couple a posé ses pénates plus longtemps qu’il ne le pensait en sol mexicain. «Quand on est allé à San Diego, tout le monde essayait de nous convaincre de ne pas traverser au Mexique. On s’est fait raconter plein d’histoires d’horreurs. On s’était dit qu’on allait passer rapidement. Finalement, on n’a jamais eu d’expérience négative, tout le monde est gentil», raconte Catherine par vidéo sur Messenger. «La péninsule de Baja, pour les qui gens qui voyagent en camper, c’est le paradis. Mon chum nous pêchait du poisson chaque jour. On faisait du surf à pagaie...»

Si le couple vise la Patagonie, il ne verra pas cela comme un échec s’il ne s’y rend pas. Ça voudra simplement dire que la beauté du monde l’aura forcé à s’arrêter plus qu’il ne le pensait. L’important n’est pas tant la destination que le chemin pour s’y rendre.

Le couple pense prendre une «pause» cet été, pendant laquelle il reviendrait au Québec pour travailler. Le véhicule serait probablement remisé en Amérique centrale et le duo reviendrait au Québec en avion, le «temps de renflouer les coffres».

«On veut traverser au Guatemala et rester là environ un mois, un mois et demi. Notre prochain but, c’est d’apprendre l’espagnol», indique-t-elle en précisant que le couple se débrouille dans cette langue, mais qu’il aimerait mieux la connaître.

Si certains peuvent les regarder avec envie, Catherine Litalien croit que ce genre de périple est accessible à tous. Des gens qui ont choisi de vivre dans la marge, de partir à la découverte du monde, ils en ont croisé beaucoup sur leur route, et tout particulièrement en «van». Le «van life», ce style de vie, semble avoir la cote, constate la jeune femme.

Si on entendait beaucoup parler des voyageurs sacs à dos il y a quelques années, la vie en bus ou en Westfalia semble être assez tendance en ce moment.
«C’est une nouvelle vague de voyageurs», estime Catherine, en racontant qu’ils ont croisé bon nombre de ces voyageurs depuis le départ. «On voyage avec un couple de l’Ontario depuis huit ou neuf semaines. On voyage avec eux depuis San Diego. Depuis qu’on est en sol mexicain, on a rencontré beaucoup de Québécois...»

Les médias sociaux ont aussi permis de faire de belles rencontres. Le couple met en ligne des photos, partage des statuts sur le trajet... et des voyageurs leur donnent rendez-vous. Catherine Litalien et son conjoint ont aussi fait la rencontre d’un couple qui a neuf enfants... et qui voyage avec cinq d’entre eux.
«Ils sont dans un autobus scolaire comme le nôtre. C’est vraiment génial. Il y avait des gens qui nous disaient: faites-le avant d’avoir des enfants... On a une nouvelle mentalité: c’est possible de le faire à un autre rythme. »

On peut suivre les aventures du couple sur la 
page Facebook D BUS LIFE et sur le compte Instagram D_BUS_LIFE.

Catherine Litalien et Patrick Maillé