Une action concrète pour sauver l'ail des bois

Chaque printemps, une équipe d'étudiants du baccalauréat en études de l'environnement de l'Université de Sherbrooke supervise une activité qui vise à sensibiliser des élèves à l'importance de la conservation de la biodiversité, en les faisant participer à la restauration d'une espèce vulnérable.
Dans le cadre du projet SEM'AILjr, des jeunes élèves de plusieurs écoles situées dans les régions où l'ail des bois a connu le plus fort déclin, soit dans les Cantons de l'Est, la Montérégie, l'Outaouais et les Laurentides, se rendent en forêt afin de poser un geste concret pour la sauvegarde de l'espèce. C'est ainsi que plus de 6000 graines d'ail des bois ont été semées, créant de nouvelles colonies dans la région.
Récemment, des élèves de l'école Saint-Patrice de Magog ont semé des graines d'ail des bois à Ogden.
Les graines d'ail des bois provenaient de la région, pour être semées dans un habitat propice et protégé. Ainsi, chaque élève engagé dans une telle opération de restauration de l'ail des bois dans sa communauté devient un acteur en conservation de la biodiversité au Québec, affirme un communiqué de presse.
Cette action se déroulait alors qu'on apprenait que des agents de protection de la faune de Sherbrooke avaient procédé à une importante saisie d'ail des bois après une cueillette jugée abusive. Le 20 mai dernier, ils sont intervenus auprès de trois individus qui venaient de récolter pas moins de 2158 plants d'ail des bois dans le secteur de Melbourne.
Cette quantité représente plus de 43 fois la limite permise annuellement, qui est de 50 bulbes ou 200 grammes de toutes parties par personne par année, note le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.
C'est en mai 2013 que le Centre universitaire de formation en environnement et développement durable de l'Université de Sherbrooke s'est joint à SEM'AILjr, projet lancé par le Biodôme de Montréal.