Après la mise en place du parc régional du mont Ham en 2014, voilà que deux promoteurs, l'un domiciliaire et l'autre commercial, pourraient donner une impulsion dont le village de 235 habitants a bien besoin.

Un vent de renouveau à Ham-Sud

Un vent de renouveau souffle à Ham-Sud. Après la mise en place du parc régional du mont Ham en 2014, voilà que deux promoteurs, l'un domiciliaire et l'autre commercial, pourraient donner une impulsion dont le village de 235 habitants a bien besoin.
Le projet « Au pied du mont Ham » vient d'obtenir toutes les autorisations pour se mettre en branle. La première phase du projet domiciliaire de Renaud Bergeron misant sur des constructions vertes devrait commencer cet automne.
« C'est vraiment une excellente nouvelle. Nous n'avons jamais eu de projet domiciliaire de cette envergure ici », constate le maire de Ham-Sud, Serge Bernier.
Le coeur du village pourrait aussi être rehaussé si le projet de Geneviève Demers se concrétise. Cette dernière cherche activement un partenaire financier pour concrétiser la réfection du bâtiment situé à l'intersection de la route 257 et du chemin Gosford. Le projet « Le château de la fée du clöcher » propose la mise en place d'un magasin général de produits locaux, une crêperie bretonne et marché public hebdomadaire.
« Au fil des ans, nous avons perdu notre école, notre bureau de poste, notre dépanneur puis notre église a été détruite. Il n'y a plus rien. Un projet comme celui de Geneviève Demers est le bienvenu. Nous l'appuyons à 100 pour cent », soutient le maire de la localité dont le budget global annuel est de 750 000 $.
« C'est le type de projet qui est complémentaire avec le développement domiciliaire que nous voulons mettre en place. L'approche multifonctionnelle et communautaire de ce lieu est vraiment intéressante », ajoute le promoteur du projet écorésidentiel « Au pied du mont Ham », Renaud Bergeron.
Serge Bernier, qui briguera à nouveau la mairie en novembre prochain, estime que ces nouveaux projets pourraient de servir de catalyseur à ceux déjà sur la table.
« Nous attendons des réponses gouvernementales pour l'asphaltage de la route 257 entre Ham-Sud et Saint-Adrien de même que le prolongement de la fibre optique. S'ils débloquent, ça ne pourrait qu'être positif pour notre municipalité », estime le maire Serge Bernier, dont l'indice de vitalité économique de la municipalité est parmi les plus bas en Estrie.
Geneviève Demers cherche un partenaire d'affaires pour redonner vie à ce bâtiment situé au coeur de Ham-Sud sous l'appellation « Le château de la fée du clöcher ».
Redonner vie au coeur du village
Geneviève Demers caresse le projet de contribuer à la revalorisation de Ham-Sud en redonnant vie au bâtiment situé au coeur du village.
Depuis plus de deux ans, elle travaille à retaper l'immense maison ancestrale pour en faire « Le château de la fée du clöcher ».
Magasin général, crêperie bretonne, événement dominical en été et terrasse panoramique avec vue sur le parc régional du mont Ham composent les pôles attractifs de son projet.
« Je veux faire revivre le magasin général des années 1920, mais avec des produits régionaux d'aujourd'hui. Mon objectif est de faire revivre le village et de permettre aux artisans d'y vendre leurs produits. Il y a une grande richesse dans la région du mont Ham », explique Geneviève Demers qui souhaite valoriser les artisans agroalimentaires et artistes de tous horizons qui proviennent des « Terres d'Hâm » selon l'appellation qu'elle a donnée.
Par ce projet, elle espère favoriser l'esprit de communauté.
« Je veux rencontrer les gens dans un endroit authentique. Qu'ils débarquent ici pour trouver des produits régionaux, venir manger une crêpe ou prendre un smoothie. Je veux que le « château de la fée du clöcher » devienne un endroit pour se rassembler. Je souhaite animer le village », annonce Geneviève Demers.
Si elle a déjà investi plus de 350 000 $ pour acquérir le bâtiment et commencer à le rénover, Geneviève Demers se cherche maintenant un partenaire d'affaires afin qu'il se concrétise. Un travail considérable a été réalisé dans le bâtiment pour en faire ressortir tout le potentiel.
Elle souhaite dénicher cet investisseur d'ici la fin du mois de septembre.
« Le potentiel de l'endroit est vraiment très grand. L'achalandage les fins de semaine est en croissance constante. Plus de 33 000 visiteurs ont visité le parc régional du mont Ham en 2016 et cette croissance se poursuit en 2017. Le château est situé au coeur du parc régional », constate Geneviève Demers.
Originaire de mont Saint-Hilaire sur la Rive-Sud de Montréal, elle a déménagé ses pénates à Ham-Sud pour y réaliser ce rêve de posséder un lieu pour rassembler les gens et accuellir les visiteurs.
« Je suis tombé en amour avec le coin. J'ai plusieurs idées pour mettre en valeur les gens et les produits d'ici. Les pique-niques des clochers du dimanche vont prendre la forme d'un marché public dans la cour du château. Il y a un pourcentage des profits que je souhaite redonner à la communauté », signale la promotrice du projet du « château de la fée du clöcher ».
Geneviève Demers demeure bien consciente que plusieurs personnes avant elle ont tenté de redonner vie à ce bâtiment central de Ham-Sud.
« Les gens de Ham-Sud sont solidaires et souhaitent que ça fonctionne. Je veux travailler en synergie avec eux. Certaines personnes ont même partagé mon annonce pour m'aider à trouver un partenaire d'affaires solide pour concrétiser le projet. J'ai même mis ma maison en vente afin que le projet se réalise », indique Geneviève Demers.
Il est possible de joindre Geneviève Demers par le profil public « La fée du clocher » sur Facebook.