Le maire de Richmond, Marc-André Martel, a accueilli avec soulagement l'aide de Québec pour la restauration du couvent Mont Saint-Patrice. On reconnaît à ses côtés Benoît St-Pierre, président du conseil d'administration, et Karine Vallières, député de Richmond.

Un toit neuf pour le couvent du Mont St-Patrice

Une première étape dans la restauration du couvent Mont Saint-Patrice sera bientôt franchie avec la remise à neuf de la toîture du bâtiment qui abrite le Centre d'art de Richmond ainsi que plusieurs organismes communautaires. Les travaux évalués à plus de 120 000 $ seront en partie défrayés par une aide gouvernementale de 93 471 $ provenant du Conseil du patrimoine religieux, a annoncé vendredi la députée de Richmond, Karine Vallières, au nom du ministre de la Culture et des communications, Luc Fortin.
« C'est un vénérable bâtiment qu'il faut préserver, a dit Mme Vallières en rappelant que le couvent a été érigé en 1883. Il mérite qu'on s'y attarde car on veut qu'il soit debout pour un autre siècle », a-t-elle ajouté.
Le bâtiment patrimonial de la rue Principale a un urgent besoin d'être rénové. Des infiltrations d'eau survenues ces derniers temps ont obligé certains locataires à se relocaliser.
L'aide du gouvernement du Québec faite en présence des membres de la Corporation qui gère l'édifice et de quelques élus du Val Saint-François a réjoui le maire de Richmond, Marc-André-Martel, selon qui « il était temps » que cette première phase se mette en branle.
« Je suis très content que les travaux débutent, parce qu'on était tanné d'entendre des paroles
et des paroles, a-t-il exprimé lors de la conférence de presse tenue vendredi matin à l'intérieur du couvent. L'aide qu'on reçoit aujourd'hui de 93 000 $ n'est pas suffisante, mais le Pacte rural va aider aussi », a-t-il précisé.
Crise résorbée
Secouée il y a quelques semaines par une crise interne qui a provoqué le départ de nombreux employées et administrateurs, l'administration du Couvent Mont Saint-Patrice est maintenant entre bonnes mains, a tenu à souligner le maire Martel. Il a d'ailleurs profité de cette annonce pour souligner « l'apport impressionnant » du nouveau conseil d'administration et en particulier de son président, Benoît St-Pierre, qu'il a qualifié de « bâtisseur » compte tenu du rôle qu'il a joué dans la résolution de la crise depuis son arrivée.
« M. St-Pierre a remis le conseil d'administration debout, a dit le maire de Richmond. Aujourd'hui, le conseil est formé de gens qui croient au couvent et à sa valeur. Je tiens à le remercier publiquement parce que l'ouvrage qu'il avait à faire n'était pas facile », a précisé le maire Martel en ajoutant que, pour la Ville de Richmond, le couvent et le Centre d'art ont toujours fait partie des priorités de son administration.
M. St-Pierre a pour sa part rappelé l'historique du bâtiment et son importance dans le tissu social et culturel de Richmond. Il a de plus ajouté que la Corporation fera connaître au cours des prochains mois les prochaines étapes visant à remettre l'édifice en état de servir la population de Richmond et du Val Saint-François.