Pendant des années, les véritables responsables de l’entretien du Parc Harold F. Baldwin étaient les bénévoles associés à l’aire protégée. Mais il semble qu’ils ne suffisent plus à la tâche et que certains d’entre eux sont quelque peu essoufflés.

Un tarif d’entrée au Parc Baldwin ?

Les habitués du Parc Harold F. Baldwin devront-ils se résoudre à payer pour entrer dans cette aire protégée voisine du lac Lyster, à Coaticook? Rien n’est sûr encore, mais la question est à l’étude.

Maire de Coaticook, Simon Madore confie que la réflexion au sujet de l’imposition éventuelle d’une tarification pour accéder au Parc Harold F. Baldwin est menée par les membres du conseil d’administration de cette aire protégée. Mais la Ville de Coaticook suit de près les discussions puisqu’elle est propriétaire du territoire et qu’elle aura le dernier mot dans ce dossier.

« Elles ne sont plus rares les journées où les gens sont à la queue leu leu sur les sentiers du parc. Avec le Parc de la gorge de Coaticook et autres, on attire beaucoup de monde dans la région et les gens aiment finir leur séjour au mont Pinacle. La nature ne peut pas supporter tout ce monde sans problème. Ça commence donc à coûter plus cher d’entretien », explique M. Madore.

Pendant des années, les véritables responsables de l’entretien du Parc Harold F. Baldwin étaient les bénévoles associés à l’aire protégée. Mais il semble qu’ils ne suffisent plus à la tâche et que certains d’entre eux sont quelque peu essoufflés.

Cette année, une somme d’environ 150 000 $ sera injectée dans le Parc Harold F. Baldwin. Près de 80 pour cent de la somme qui sera investie proviendra du gouvernement du Québec et le reste de la Ville de Coaticook.

Durant les années suivantes, le maire de Coaticook s’attend à ce que 50 000 $ soient nécessaires annuellement pour entretenir le lieu protégé et ses installations d’accueil.

« On avait une boîte de dons pour permettre aux visiteurs d’aider les responsables du parc. Peut-être que les gens ne la voient pas ou qu’ils ne donnent pas, tout simplement. Quoi qu’il en soit, on veut que le public se prépare parce qu’il est possible qu’une tarification s’applique un jour à tout le monde », affirme Simon Madore.

M. Madore rappelle que le Parc de la gorge de Coaticook de même que le Parc régional du Mont-Ham imposent tous les deux des frais d’entrée à leurs visiteurs. « Le mont Ham, c’est une référence pour nous dans ce dossier. »

Selon le maire de Coaticook, l’imposition d’un tarif d’entrée n’aurait certainement pas pour conséquence de réduire l’achalandage de façon importante. « On parle déjà de cartes saisonnières ou familiales et de tarifs abordables. L’idée, ce serait d’y aller avec le principe de l’utilisateur-payeur sans exagérer les prix », explique-t-il.