L’implantation du service de premier répondant à la Régie incendie des Rivières vise à éviter d’avoir recours à des paramédics de l’extérieur en cas de découverture du territoire par Ambulance Weedon. À Weedon, les deux services sont regroupés dans le même bâtiment.
L’implantation du service de premier répondant à la Régie incendie des Rivières vise à éviter d’avoir recours à des paramédics de l’extérieur en cas de découverture du territoire par Ambulance Weedon. À Weedon, les deux services sont regroupés dans le même bâtiment.

Un service de premier répondant amélioré

Les résidants de Weedon, Dudswell et Lingwick ont maintenant accès à un service de premier répondant amélioré grâce à leurs pompiers volontaires. Après une année de travail, de formation et d’achat d’équipements, la Régie incendie des Rivières est prête à déployer son nouveau service à la population et à répondre à certaines urgences médicales qui pourraient survenir sur son territoire.

Le triangle formé par ces trois municipalités du Haut-Saint-François est desservi par Ambulance Weedon qui possède un véhicule et qui dessert un territoire d’environ 1000 km2. Ce poste ambulancier effectue quelque 500 sorties par année. S’il est nécessaire d’effectuer un transport vers un centre hospitalier, l’ambulance quitte son territoire pour une durée de trois heures à trois heures trente en moyenne.

« Si nous avons une deuxième affectation pendant que nous sommes partis sur un transport, ça allonge beaucoup les délais de réponse », souligne Daniel Groleau, président de la Régie des Rivières et directeur général d’Ambulance Weedon.

Lors d’une situation semblable, la centrale de répartition se tourne alors vers une autre équipe ambulancière disponible, soit à East Angus ou Disraeli.

« Dans les deux cas, on peut ajouter un bon 15 à 20 minutes de trajet, en plus qu’il s’agit d’équipes qui travaillent avec des horaires de faction ce qui allonge un peu le temps de réponse », note M. Groleau, lors d’un entretien avec La Tribune.

L’implantation du service de premier répondant à la Régie incendie des Rivières vise donc à éviter d’avoir recours à des paramédics de l’extérieur en cas de découverture du territoire par Ambulance Weedon.

« Lorsque le véhicule ne sera pas disponible, ce sont eux qui vont intervenir rapidement en attendant une ambulance », soutient fièrement M. Groleau qui travaille à la mise sur pied de ce programme depuis plusieurs mois.

Dans la dernière année, les pompiers volontaires ont reçu 32 heures de formation. Ils devront également faire de la formation continue. La Régie a dû procéder à l’achat d’équipements médicaux pour équiper ses véhicules tels que des défibrillateurs, des cylindres d’oxygène et des auto-injecteurs EpiPen. Deux points de service, à Dudswell et Weedon, sont déjà opérationnels. Un troisième point de service à Lingwick devrait être développé dans les prochains mois.

« Nous avons vraiment eu une belle réponse de nos équipes. Presque tous les pompiers ont été formés. Quelques citoyens de ces municipalités, œuvrant pour la plupart dans le domaine de la santé, ont décidé de se joindre à l’équipe de premier répondant, mais essentiellement ce sont nos pompiers », souligne pour sa part Stéphane Laroche, directeur de la Régie.

Daniel Groleau

Grâce à leur certification niveau 2 de premier répondant, les pompiers volontaires pourront intervenir par exemple pour des malaises cardiaques, des chutes ou lors de réactions allergiques.

« Ce sont des actes qui seront nouveaux pour tout le monde alors oui, il y a eu certaines craintes chez nos pompiers, mais ils sont bien formés et prêts à intervenir », assure le DG de la Régie.

Les frais engendrés par l’instauration de ce programme sont assumés par la Régie incendie, elle-même financée par Dudswell, Weedon et Lingwick.

« Nous nous attendons à faire environ une soixantaine de sorties par année », précise Stéphane Laroche.

Un « gros plus » pour la région

Daniel Groleau estime que ce programme est un « gros plus » pour la région, pour ses résidants. Un avis partagé par le maire de Weedon et la mairesse de Dudswell.

« La volonté de nos pompiers d’être formés comme premier répondant démontre qu’ils ont à cœur leur communauté », affirme Richard Tanguay, maire de Weedon.

Selon M. Tanguay, la mise sur pied de ce programme a été possible grâce à l’esprit de collaboration qui anime les villages de Dudswell, Weedon et Lingwick.

« Il y avait déjà une belle culture du partage entre nos villes, comme le prouve la création de la régie incendie il y a deux ans. C’est donc tout naturel de continuer dans cette veine et d’offrir ce service à nos populations. Ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles », commente le maire de Weedon.

Mariane Paré, mairesse de Dudswell, croit que la sécurité des citoyens « n’a pas de coût ».

« C’est un minimum d’avoir du monde prêt à répondre aux urgences sur notre territoire en tout temps. C’est une excellente nouvelle pour nos résidants et on va pouvoir arrêter de craindre d’avoir deux urgences en même temps. »