Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Fiducie de conservation Massawippi a annoncé mercredi l’acquisition d’un terrain de 154 hectares près du lac Massawippi, à Sainte-Catherine-de-Hatley, qui sera protégé à perpétuité et éventuellement accessible aux randonneurs avec un nouveau réseau de sentiers.
La Fiducie de conservation Massawippi a annoncé mercredi l’acquisition d’un terrain de 154 hectares près du lac Massawippi, à Sainte-Catherine-de-Hatley, qui sera protégé à perpétuité et éventuellement accessible aux randonneurs avec un nouveau réseau de sentiers.

Un rêve de Jake Eberts se concrétise à Ste-Catherine-de-Hatley [VIDÉO]

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La Fiducie de conservation Massawippi a annoncé mercredi l’acquisition d’un terrain de 154 hectares près du lac Massawippi, à Sainte-Catherine-de-Hatley, qui sera protégé à perpétuité et éventuellement accessible aux randonneurs avec un nouveau réseau de sentiers.

Il s’agit de la concrétisation d’un rêve exprimé pour la première fois il y a dix ans par le producteur de cinéma d’origine montréalaise et connu mondialement Jake Eberts et son épouse Fiona.

« Nos racines familiales dans la région remontent à nos grands-parents, Toppy et Ted Eberts, qui ont acheté une ferme sur un petit terrain à Katevale (maintenant Sainte-Catherine-de-Hatley) en 1966 », ont raconté les trois enfants de Jake et Fiona au cours d’une rencontre de presse tenue en vidéoconférence mercredi matin.

« Notre père est tombé amoureux de l’endroit et l’a racheté de ses parents en 1990. Épris de nature depuis ses jeunes années, il a étendu peu à peu le territoire entourant la ferme initiale afin de protéger et d’améliorer l’état naturel des lieux. »

En 2011, après être devenu l’un des administrateurs fondateurs de la Fiducie de conservation Massawippi, Jake Eberts s’est mis à envisager la possibilité de protéger ces terres à perpétuité.

L’homme est malheureusement décédé d’un cancer l’année suivante, mais la protection de ce territoire a continué d’alimenter la conversation dans la famille jusqu’au décès soudain de Fiona Eberts en 2014. 

C’est en 2016 que les trois enfants du couple ont décidé de donner suite au souhait de leurs parents. Ils ont conclu trois ans plus tard une entente avec la Fiducie de conservation Massawippi, qui comporte la vente d’une partie du terrain et un don de 3,25 hectares (8 acres), pour une transaction de 1,2 million $.

Jake Eberts

Richesse écologique

Ces terrains sont situés dans la vallée Massawippi, sur le côté ouest du lac, sur le territoire de Sainte-Catherine-de-Hatley, mais ne se rendent pas jusqu’à la rive.

Avant même d’aller inventorier les lieux, désignés comme la propriété no 9 par la fiducie, les biologistes avaient déjà une bonne idée de sa valeur écologique, assure Clément Robidoux, directeur de conservation pour l’organisme Corridor appalachien, en décrivant les forêts d’essences feuillues, les milieux humides, les ruisseaux et les îlots de pruches qu’on y trouve. 

On y a observé une faune et une flore typique des Appalaches, plus de 170 espèces de plantes, une dizaine d’amphibiens et une trentaine d’espèces d’oiseaux, dont le Pioui de l’Est, un moucherolle forestier qui est en situation précaire au Canada, ajoute-t-il.

« Les cours d’eau abritent des salamandres de ruisseau, notamment la salamandre sombre du nord et la salamandre pourpre, qui sont deux espèces en situation précaire au Québec, cite-t-il en exemple. Leur présence est un excellent indicateur de la qualité de l’eau de ces ruisseaux, qui alimentent d’ailleurs le lac Massawippi. Donc la protection des milieux naturels de la propriété no 9 est évidemment très bénéfique pour ses écosystèmes, mais également pour le maintien de la santé du lac. »

Fiona Eberts

« La propriété no 9 est importante pour plusieurs raisons, renchérit la présidente de la Fondation Massawippi Margot Heyerhoff. D’abord c’est grand, c’est la deuxième plus grande propriété sous la Fiducie de conservation Massawippi, ensuite c’est plein d’une faune et d’une flore très importante et rare dans la région, et c’est relié à nos autres propriétés. »

« Cette partie de nos terres était extrêmement chère au cœur de mon père et de ma mère qui adoraient cet endroit. Ils avaient un amour incroyable pour les Cantons-de-l’Est et on est incroyablement fiers et honorés de protéger ces terres en leur nom », a témoigné l’aîné des enfants, Alexander, en ne manquant pas de saluer la collaboration de la Fiducie Massawippi et de Corridor appalachien pour y arriver.

Il a aussi précisé que sa famille tenait à rendre hommage aux Abénaquis et reconnaissait le lien historique qui les lie à cet endroit.

Cette acquisition porte à 485 hectares (1200 acres) la superficie des terres protégées par la Fiducie dans le bassin versant du lac Massawippi. 

La Fiducie de conservation Massawippi est l’un des 17 membres de l’organisme Corridor appalachien, un organisme de conservation à but non lucratif créé en 2002. À ce jour, ils ont tous ensemble permis la protection à perpétuité de 14 494 hectares (35 815 acres) dans un territoire d’action qui s’étend dans la portion québécoise des montagnes vertes qui vont du sud du Vermont jusqu’au massif du mont Orford.