L’analyse des données permettra à la MRC d’identifier les zones de la rivière Sutton où des risques d’inondation et d’érosion sont présents.

Un rapport final sur la rivière Sutton attendu au printemps

Le rapport final identifiant les zones inondables et d’érosion de la rivière Sutton sera dévoilé au printemps. La MRC Brome-Missisquoi entend utiliser les données pour modifier son schéma d’aménagement pour établir où de futures constructions pourraient être situées.

La firme AECOM a terminé son travail d’analyse des données et formulé des recommandations à la MRC. Il reste aux ministères de l’Environnement et de la Sécurité publique à les commenter avant que le rapport ne soit complet, explique Nathalie Grimard, directrice adjointe du service de la gestion du territoire à la MRC. « Ces ministères ont des expertises sur les milieux hydriques. Ils sont des partenaires; on est intéressé par ce qu’ils ont à dire. On veut l’étude la plus complète possible. »

En mars 2018, le conseil des maires a mandaté AECOM pour identifier les zones inondables de la rivière Sutton dans le périmètre urbain de la municipalité ainsi que dans ses secteurs riverains où il existe un potentiel de développement. L’étude inclut également les ruisseaux Santerre et Cooke, deux tributaires de la rivière. La résolution accordant le contrat ne le mentionne pas, mais le mandat vise à mettre fin au sempiternel débat à Sutton à savoir où se situent les zones inondables. La question divise depuis plusieurs années entrepreneurs, citoyens et élus.

Les données disponibles sur les zones inondables de la rivière Sutton reposent sur des photos aériennes et non pas sur des observations réalisées sur le terrain, fait remarquer Mme Grimard. Une cartographie plus précise facilitera les décisions reliées à l’aménagement de la municipalité, dit-elle.

Outre les données en lien avec la rivière et sa morphologie, le rapport s’intéresse aussi aux infrastructures, dont les ponts et les ponceaux dans les secteurs étudiés. Les changements climatiques apportent une nouvelle réflexion sur la capacité de telles infrastructures à résister à de fortes crues, donne en exemple Mme Grimard. « C’est une rivière de montagne et il faut en tenir compte. On voit ce rapport comme un outil de base de sécurité civile. »

La MRC entamera sous peu des discussions avec les responsables du service de l’urbanisme de la Ville de Sutton à ce sujet.

Schéma d’aménagement

Le conseil des maires de la MRC sera appelé dans les prochaines semaines à réfléchir sur les modifications à apporter au schéma d’aménagement pour y inclure les recommandations du rapport.

« On n’a rien dans le schéma d’aménagement pour les zones d’érosion », indique Mme Grimard.

La MRC Brome-Missisquoi possède peu d’information sur les zones inondables et d’érosion d’autres segments de rivières traversant son territoire. Plusieurs d’entre eux concernent les rivières Yamaska et Yamaska Sud-Est ainsi que Missisquoi.

Obtenir de telles données permettrait à la MRC et à ses municipalités membres de mieux planifier leur aménagement. Colliger ces informations s’avérerait toutefois coûteux puisque des études seraient nécessaires. « Ça reste un défi monétaire important. Et de sécurité publique », soutient Mme Grimard.

L’interdiction de construire des maisons dans le secteur étudié demeure en vigueur.