Dans le marais des Scots, près du village de Scotstown.

Un quatrième sentier pour marcher Mégantic

À l’aube de sa troisième saison, le Parcours de marche au cœur de Mégantic innove pour continuer de séduire les randonneurs, de plus en plus nombreux. En plus de se targuer d’offrir certains des plus beaux paysages de la province, les organisateurs inaugurent un quatrième sentier dans le mont Mégantic.

Établie il y a trois ans seulement, l’organisation à but non lucratif derrière le PMCM a déjà fait des pas de géants. Mené par Chantal Ladouceur et Daniel Montpetit, l’organisme a véritablement le vent dans les voiles, alors que le mot se passe chez les marcheurs désireux de découvrir la région.

« À notre première saison d’activité, on a reçu 40 marcheurs dans nos sentiers. Dès la deuxième année, on en a eu quatre fois plus, soit 160 », explique fièrement la directrice générale Chantal Ladouceur.

« Nous avons même reçu un groupe de 30 marcheurs d’un coup. Ça nous a préparés à accueillir un plus haut volume de randonneurs, maintenant que nous connaissons les défis ajoutés. On vise un objectif de 300 marcheurs cette année », ajoute-t-elle.

Chantal Ladouceur et Daniel Montpetit ont travaillé d’arrache-pied au cours des trois dernières années afin de mettre sur pied les quatre sentiers qui composent le Parcours de marche au cœur de Mégantic et tous les services qui s’y rattachent.

Des retombées

L’effet positif se fait déjà sentir dans les huit municipalités qui jalonnent le Parcours de marche au cœur de Mégantic, alors que 66 000 $ en retombées économiques ont été générés au cours des deux premières années. Une somme de 29 000 $ est directement issue du parcours de marche, dit-on, alors que deux randonneurs dépensent en moyenne 1200 $ dans les entreprises de la région lors d’un séjour de cinq jours.

Pour Daniel Montpetit, président de PMCM, ce type de randonnée est un excellent moyen de découvrir la région et d’y attirer des gens.

« La force d’attraction de notre région est dans ses paysages, sa faune et sa flore, estime-t-il. C’est en utilisant ces ressources inestimables qu’on peut mettre en valeur notre région auprès des touristes et espérer attirer des gens à venir s’y installer. En plus de mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel de notre région encore trop méconnue, les visiteurs vont rencontrer dans les hébergements les gens de la place. C’est aussi ça qui va les attirer à venir s’y établir ou à revenir, en plus d’attirer des retombées économiques pour nos entreprises. »

Financement participatif

Afin d’amasser des fonds pour construire des aires de repos pour les randonneurs et améliorer les sentiers, le PCMC s’est tourné vers La Ruche Estrie, une plateforme de financement participatif. « C’est un service d’aide de proximité qui permet d’aller chercher du financement auprès de la population », explique Véronique Vigneault de La Ruche Estrie. « On sollicite des dons en retour de services, des forfaits d’hébergements dans ce cas-ci. C’est une bonne façon de mener une étude de marché tout en amassant des fonds. »

« Les forfaits disponibles varient de 120 $ pour une randonnée avec deux nuitées à 1225 $ pour un forfait tout inclus pour deux personnes d’une semaine. Notre but est d’obtenir 5000 $ en 60 jours. On était à 32 % de notre objectif après une semaine seulement! » ajoute Mme Ladouceur, démontrant l’efficacité de la campagne de financement participatif.

En collaboration avec Tourisme Haut-Saint-François, le PMCM offre d’ailleurs en tirage un chic forfait pour deux personnes incluant quatre nuits d’hébergement dans les plus beaux centres de la région ainsi que tous les services.

Un nouveau sentier

En plus d’offrir des sentiers de 115, 74 et 41 kilomètres, un nouveau trajet de 80 kilomètres sera ajouté cette année. Ce dernier traversera les villages de Hampden, Scotstown, La Patrie et Notre-Dame-des-Bois en passant par le parc national du Mont-Mégantic et le Marais des Scots.

« C’est un fabuleux parcours qui se fait sur quatre à cinq jours de marche. En plus de découvrir le joyau qu’est le parc national du Mont-Mégantic, les marcheurs vont aussi découvrir un des plus importants milieux humides de l’Estrie au Marais des Scots. On croit que ce nouveau sentier va être très populaire », conclut M. Montpetit, anticipant la saison qui devrait être la meilleure de leur courte histoire.