Pierre Boucher a invité les élus à faire le nécessaire pour qu'aucun permis ne soit accordé au promoteur Marco Patry à ce stade-ci. « Est-ce possible d'arrêter les démarches commerciales avec ce promoteur ? » a-t-il demandé.

Un projet touristique inquiète à Magog

Un projet récréotouristique devant voir le jour à la plage des Cantons inquiète des voisins de cet espace de récréation situé en bordure du lac Memphrémagog. Une trentaine de résidants du secteur ont assisté à l'assemblée du conseil municipal de lundi soir à Magog afin d'obtenir des réponses de la part des élus et demander qu'on les écoute.
La première représentante du groupe de citoyens à s'être avancée au micro a été Lise Tessier. « J'ai fait du porte-à-porte et tout le monde était surpris qu'on ait appris l'existence de ce projet par les médias. Les gens veulent savoir différentes choses, car personne ne sait ce qui est proposé exactement. On est inquiet », a d'emblée mentionné cette dame.
Un autre citoyen, David Morin, a pour sa part laissé entendre qu'il aurait aimé être informé de la teneur exacte du projet, baptisé Divertigo, avant que celui-ci soit autorisé par la Ville de Magog. « Le minimum aurait été de nous informer avant », a-t-il soutenu, notant dans la foulée que l'opposition était vive dans le quartier concerné.
M. Morin a reconnu que les voisins de la plage entendent régulièrement du bruit en provenance de ce lieu. Mais il a précisé que le bruit provenant de ce parc est habituellement tolérable sans trop de difficulté.
« On n'est pas contre le projet, a ajouté ce citoyen. Par contre, avez-vous regardé d'autres endroits pour le concrétiser ? Par exemple, à côté du skatepark, ça pourrait être une possibilité, il me semble. »
Un troisième citoyen, Pierre Boucher, a invité les élus à faire le nécessaire pour qu'aucun permis ne soit accordé au promoteur Marco Patry à ce stade-ci. « Est-ce possible d'arrêter les démarches commerciales avec ce promoteur ? » a-t-il demandé.
Visiblement surpris par la réaction des citoyens, les élus municipaux ont tenté d'expliquer pourquoi ils ont accepté la proposition soumise. La mairesse suppléante, Nathalie Bélanger, a promis la tenue d'une rencontre d'information pour que les résidants inquiets puissent être davantage renseignés.
« Il n'est pas question de faire un moratoire dans ce dossier, a affirmé Mme Bélanger. Le promoteur a un échéancier à respecter. Mais vous pourrez nous pointer les problèmes une fois que tout le monde aura la même connaissance du projet. »
Le conseiller Jean-Guy Gingras a quant à lui mentionné que la plage des Cantons n'est pas un « parc de quartier. On veut qu'il serve à l'ensemble de la population et qu'il accueille plus de jeux que les parcs de quartier. »
M. Gingras a également prétendu que le projet soumis est moins important que plusieurs le croient. « Il serait pour les enfants principalement », a-t-il dit.