Pour une deuxième année consécutive, le Slackfest d'Asbestos aura été un réel succès. Sur la photo, on peut y voir Camille Langlois-Barrière qui achève le deux kilomètre de parcours sur la highline.

Un nouveau record au Slackfest d'Asbestos [PHOTOS] [VIDÉO]

ASBESTOS — Les funambules Mia Noblet et Lukas Irmler ont décroché le nouveau record mondial de slackline lors du Slackfest Asbestos 2.0. Sans interruptions ni chutes, la première aura traversé la sangle suspendue en 2 h 10 min et le deuxième en 58 minutes, le tout à plus de 200 pieds au-dessus de la mine Jeffrey. Ils sont les nouveau détenteurs de la marque la plus rapide.

Ce n’est pas la chaleur accablante qui a empêché les amateurs de funambulisme de fêter pour une troisième journée samedi lors de la finale de la compétition amicale du Slackfest ayant réuni plusieurs personnes venues des quatre coins du monde.

À LIRE AUSSI: Marcher dans le vide durant deux kilomètres

« L’an passé, c’était un franc succès et ce l’est une fois de plus! Aujourd’hui [samedi], c’est la grande finale, nous avons eu plusieurs athlètes qui ont bien performé. On est très content de nos résultats. Les athlètes viennent de partout dans le monde pour essayer la highline la plus longue au monde. C’est un peu l’Everest de notre pratique », informe le coordonnateur de l’événement et slackliner Dany Bouchard, visiblement fier de cette édition réussie.

À cela, il ajoute que le parcours de deux kilomètres se traverse normalement entre deux et trois heures. Le sport demande une intense implication autant au niveau physique que mentale.

À la troisième journée du Slackfest, plusieurs étaient toujours de la partie afin d’assister aux nombreux spectacles qu’ont donnés les acrobates. Liz Thomas, vêtue de son tutu multicolore, aura fait réagir plusieurs avec ses talents de gymnaste sur la highline style libre, une pratique dynamique avec des styles variés. En trois minutes, elle devait impressionner les juges avec des acrobaties de tout genre.

Quelques enfants, curieux de tester leur équilibre, sont initiés à ce sport.

« On est une équipe d’une trentaine de personnes qui se promène pour partager cette passion. C’est une pratique d’équilibre qui se fait sur une sangle de un ou deux pouces. Habituellement, on commence avec de petites distances », ajoute Dany Bouchard.

Pour clore les festivités, Virginie B, Bleu Jeans Bleu et Ray Marciano ont offerts aux festivaliers des performances hors pair.

L’équipe derrière cet événement, Les Funambules modernes, est déjà dans l’organisation de la troisième édition de l’événement.

Plusieurs participants ont tenté de traverser la mine Jeffrey sur un câble.

Un travail d’équipe

La frénésie est palpable alors que Camille Langlois-Barrière est à quelques mètres seulement d’accomplir le deux kilomètres. Famille, amis et festivaliers encouragent la jeune athlète.

« Tu es bonne Camille! », peut-on entendre crier.

Celle qui en n’était pas à sa première traversée souligne la persévérance que nécessite ce sport aussi qualifié d’art.

« C’est beaucoup de pratique. La première fois que tu embarques sur la highline, ton corps te fait signe qu’il n’est pas normal d’être à une telle hauteur. Il y a plein de sentiments qui se bousculent. Au final, il faut être persévérant. On finit par s’habituer. »

Elle ajoute également que malgré l’individualité du sport, il y a un esprit de communauté qui prend vie.

« C’est super sympathique comme groupe! Quand je voyage pour faire du slackline, par exemple, j’écris à une communauté de highline et les gens, même s’ils ne me connaissent pas, vont m’héberger. C’est une belle ouverture d’esprit, tout simplement. Il y a un lien entre nous. »