Le future poste de police sera aménagé dans le bâtiment du 28, boulevard de l’Aéroport.

Un nouveau quartier général pour les policiers de Bromont

Les policiers de Bromont auront bientôt un nouveau quartier général. Les élus municipaux ont entériné, lors de la séance du conseil lundi, un avis de motion concernant un règlement d’emprunt de près de 2 millions $ pour l’acquisition d’un édifice du boulevard de l’Aéroport.

Depuis décembre, les policiers avaient dû emménager temporairement dans le bâtiment du futur centre communautaire, en raison de problèmes dans le poste situé à quelques pas de l’hôtel de ville, qui abrite également une caserne. 

À LIRE AUSSI: Problèmes avec le poste de police: Bromont relocalise ses effectifs

La municipalité a « saisi une opportunité en or » pour dénouer l’impasse. « Il fallait bouger. Et louer des locaux à 170 000 $ par année, ce n’est pas idéal à long terme. Et déménager un poste de police, ça coûte près de 30 000 $. Quand on a visité l’édifice de l’entreprise Airboss à vendre, construit en 2012, on a tout de suite vu le potentiel. Les bureaux sont neufs et c’est très convivial. Tout est là », a indiqué en entrevue le directeur général de Bromont, Éric Sévigny, dont le contrat vient d’être renouvelé.

En fait, le poste de police du boulevard de Bromont était complètement désuet, voire inhabitable pour le personnel. « Depuis quelques années, de façon épisodique, il y avait une odeur que l’on associait à du soufre ou du méthane dans le poste de police. L’été dernier, il y a eu des vagues un peu plus intenses. Le mois passé, l’odeur est devenue intolérable. Au point où on ne peut pas laisser les employés travailler dans l’immeuble », avait expliqué le DG.

Les expertises pour identifier le problème sont demeurées vaines. Des pistes sont toutefois sur la table. « On pense que c’est probablement de l’eau souterraine stagnante. Les odeurs migrent par les fissures de la fondation », a expliqué Éric Sévigny. Pour le moment, l’avenir du bâtiment est incertain. La Ville doit étudier le dossier au cours des mois à venir.

«Si on veut vendre l’immeuble, étant donné sa situation dans le parc scientifique, demain matin, on va trouver preneur rapidement», a fait valoir le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Retour sur investissement

Après négociation avec le propriétaire du bâtiment du 28, boulevard de l’Aéroport, une entente a été conclue pour l’achat au montant avoisinant 2 millions $ (1,875 000 $ plus taxes). Comme il s’agit d’un poste de police, plusieurs étapes sont préalables avant de conclure officiellement la transaction. « Aujourd’hui [lundi], on part le processus d’autorisation de financement. Le mois prochain, ce sera l’adoption du règlement d’emprunt. Par la suite, il sera transmis à Québec pour adoption dans le but de pouvoir acheter le bâtiment », a expliqué, lors de la séance du conseil, le directeur général adjoint et directeur des finances et du développement économique, Richard Joyal.

D’ici à ce que Québec donne son aval, Bromont paiera un loyer de 10 000 $ par mois au propriétaire pour commencer à occuper le bâtiment. Ces versements seront ensuite déduits du montant global pour l’acquisition.

Le financement sera échelonné sur 15 ans. La Ville déboursera donc 165 000 $ par an. Or, étant donné qu’un locataire demeurera en place (Cogiscan), ce dernier paiera un loyer annuel avoisinant 10 0000 $, permettant ainsi un « retour sur investissement ». « On sauve 10 0000 $ et le bâtiment nous appartient. On tombe dans la catégorie no-brainer. Et étant donné sa situation dans le parc scientifique, demain matin, si on veut vendre l’immeuble, on va trouver preneur rapidement », a fait valoir le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Quelques travaux seront réalisés, notamment l’aménagement de cellules de détention et l’installation de systèmes pour restreindre l’accès au bâtiment. Le déménagement dans le nouveau quartier général doit se faire « graduellement » au cours des prochains mois.