Le Comité engagé carboneutre est composé de Maxime Lefebvre, Léa Paquette, Laurelou Purcell, Rosalie Steingue, Gabrielle Jean, Camille Richard-Poitras, Nicolas Busque (enseignant) et Antoine Laplante (derrière).

Un Noël vert grâce à l’Odyssée de Valcourt

VALCOURT — Pendant la dernière semaine de cours avant la période des fêtes, le comité engagé carboneutre (CECN) de l’école secondaire l’Odyssée de Valcourt organisait le Noël écolo. Cette activité, qui a lieu chaque année depuis cinq ans, comprend un troc du temps des fêtes suivi d’un salon pour vivre un Noël écologique.

Cet évènement correspond en tous points aux valeurs véhiculées par le Pacte pour la transition, mouvement citoyen qui rassemble plusieurs milliers de personnes prêtes à s’engager dans le mieux-être de la planète. « C’est presque une copie carbone de notre projet Carbo-Neutre! Il y a plusieurs volets qui sont semblables », affirme Nicolas Busque, enseignant les sciences à l’Odyssée de Valcourt.

D’ailleurs, celui-ci qui est également l’enseignant responsable du Projet Carbo-Neutre de l’école de Valcourt a convaincu dernièrement le Syndicat de l’enseignement de l’Estrie à adopter une proposition pour appuyer le Pacte.

« Un syndicat défend les droits des travailleurs dans une démarche éthique. Pour moi, le syndicat est une courroie de transmission pour vivre dans un monde équitable. C’est pour cela que j’ai proposé au SEE de soutenir le Pacte. C’est aussi une façon d’avoir de l’impact dans plusieurs milieux », explique Nicolas Busque.

Cette décision s’ajoute à d’autres actions entreprises par le SEE afin de diminuer son empreinte écologique telles la réduction de l’utilisation du papier et l’incitation au covoiturage.

Concrètement, à l’Odyssée l’enseignant en science et le CECN ont réalisé une murale intitulée Le Pacte sur laquelle, à ce jour, figurent 101 empreintes de main. Chacune d’elles correspond à une signature. « La prochaine étape est de rejoindre les autres écoles du Québec. Le Pacte parle aux adultes, nous on veut parler aussi aux écoles », ajoute Nicolas Busque qui entretient déjà des liens avec les organisateurs du Pacte.

Pour la prochaine année, Nicolas Busque souhaite davantage d’action. « Il faut s’éveiller et agir pour provoquer des actions écologiques ».

Noël écolo

Afin de faire vivre aux élèves une activité reliée directement à leurs habitudes de consommation, le Noël Écolo inclut le troc du temps des fêtes. Pour chaque objet apporté, un coupon est laissé au donneur qu’il pourra échanger contre un autre objet lors de la journée de troc. Les items restants sont remis au comptoir familial. « En lien avec le cours de science, on voit l’empreinte énergétique et les productions de gaz à effet de serre nécessaire à la fabrication, le transport et la destruction de matière. Avec l’activité de troc cette année, nous avons économisé 300 kilos de gaz à effet de serre et 1000 kWh d’énergie », mentionne Nicolas Busque.

Le lendemain, des kiosques prônant les valeurs d’un Noël écolo étaient animés par des élèves de quatrième secondaire. Les informations de Camille et Leila portaient sur la façon de vivre un Noël plus écologique. Un jeu-questionnaire attendait les visiteurs.

« On parle de la consommation de nourriture, la vaisselle, l’utilisation de l’électricité et l’emballage des aliments. Par exemple, les statistiques démontrent qu’à la période des fêtes, 40 % de la nourriture dans les magasins sera jeté aux ordures et 1,8 M$ seront dépensés », expliquent les responsables du kiosque.

Individuellement, Leila s’engage à « donner au prochain » et Camille opte pour réduire sa consommation de plastique afin de fêter Noël tout en respectant l’environnement.