Le préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers

Un ministre de l'Estrie originaire de la région, de préférence

Qui sera le prochain ministre responsable de la région de l’Estrie? Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, n’a pas encore effectué son choix, mais le préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers, juge impératif qu’il provienne du territoire estrien.

M. Demers rappelle que Philippe Couillard, alors à la tête du gouvernement, avait nommé Pierre Paradis à titre de ministre responsable de l’Estrie en 2014. Cette nomination avait été mal reçue puisque l’ancien député de Brome-Missisquoi ne représentait aucun électeur dans la région estrienne. Le préfet de la MRC de Memphrémagog espère que cette « erreur » ne sera pas répétée.

« Moi, je veux être sûr que la situation vécue en 2014 ne se produira pas cette année. Zéro Estrien avait voté pour Pierre Paradis et c’était à lui qu’on avait confié cette tâche au début du dernier mandat libéral », déplore celui qui est également président de la Fédération québécoise des municipalités et maire de Sainte-Catherine-de-Hatley.

Jacques Demers souligne que l’Estrie n’englobe aucune des municipalités appartenant à la circonscription de Brome-Missisquoi, dont la nouvelle députée est la caquiste Isabelle Charest.

M. Demers est conscient que certaines municipalités, telles Bromont, Sutton et Granby par exemple, sont souvent associées à l’Estrie, mais il rappelle qu’elles n’appartiennent pas au territoire estrien. « Elles sont dans les Cantons-de-l’Est, c’est vrai. Mais pas en Estrie. Je crois que de nombreuses personnes ne sont pas au courant de ça. Même dans les médias, il y a de la confusion », explique-t-il.

Selon Jacques Demers, il est d’autant plus important que le ministre responsable de l’Estrie soit issu de la région que celui-ci assure la gestion de l’enveloppe en provenance du Fonds de rayonnement des régions, doté de plusieurs dizaines de millions de dollars à l’échelle de la province.

« En plus, c’est particulier quand le ministre régional se trouve à l’extérieur et qu’il faut rouler des dizaines de kilomètres pour aller le rencontrer. Et puis une personne du milieu a habituellement plus de chances de connaître les dossiers de la région et d’agir en fonction des besoins des gens de son coin », note le préfet de la MRC de Memphrémagog.

Rien contre Charest

Puisque des gens voient Isabelle Charest à ce poste, Jacques Demers précise qu’il n’a rien à reprocher à cette ancienne athlète olympique. « C’est le principe qui me préoccupe et pas les individus. »

Notons que le nom de Gilles Bélanger, nouveau député d’Orford, figure dans la liste des élus susceptibles d’obtenir un portefeuille durant les semaines à venir. Sa nomination serait bien accueillie par M. Demers puisqu’il représente une circonscription 100 pour cent estrienne, tout comme les caquistes Geneviève Hébert et André Bachand.

Les deux caquistes représentant Mégantic et Beauce-Sud, François Jacques et Samuel Poulin, seraient aussi éligibles, aux yeux du préfet, compte tenu que ces circonscriptions englobent toutes les deux des municipalités estriennes.