Plusieurs spectacles canin ont lieu au Centre de foires en fin de semaine.

Un métier de maître

Règle générale, les éducateurs canins sont capables de travailler avec les chiens pour éviter les comportements désagréables. Cependant, de mauvaises habitudes comme la morsure sont parfois difficiles à corriger.

C’est ce que constate la propriétaire d’Énergie canine Estrie et entraîneuse canine, Angélique Clin. « Ce qui est super important, c’est que le propriétaire éduque son chien. Effectivement, il y a des chiens qui ont des problèmes de comportement et il y a des vétérinaires comportementalistes qui sont là pour les aider », analyse Mme Clin, qui avait un kiosque lors du Salon national des animaux de compagnies, présenté au Centre de foires en fin de semaine.

Celle qui pratique ce métier depuis deux ans considère qu’un chien ne devrait jamais mordre. « Un chien qui mord, c’est le pire comportement. Ça ne devrait jamais arriver. Malheureusement, on ne peut pas garantir qu’il ne le fera plus, mais on va faire tout ce qui est nécessaire pour que le chien ne produise plus ce mauvais comportement. »

« Il faut évaluer qu’est-ce qui s’est passé quand le chien a mordu et ne plus remettre son chien dans la situation que le chien a vécue, poursuit Mme Clin. C’est autant le travail du propriétaire du chien que de la personne responsable d’un enfant qui s’est fait mordre, par exemple. »

D’autres situations peuvent être gênantes, comme lorsque le chien urine sur le plancher ou lorsqu’il aboie sans arrêt. « Il y a plusieurs façons de l’interpréter, affirme Mme Clin. Le chien peut être trop excité ou il peut avoir peur, ce qui lui fait faire pipi, par exemple », explique-t-elle, ajoutant qu’elle entraîne les chiens en récompensant les bons gestes.

Parfois, le premier contact peut être difficile entre un animal et son entraîneur. « Si un propriétaire a déjà utilisé de mauvaises techniques, le chien peut avoir peur lorsqu’on le rappelle à l’ordre. Ce sont toutes des choses qui se travaillent », assure-t-elle.

L’important demeure d’accueillir un chien qui sera bien dans sa nouvelle famille.  « Il faut choisir un chien qui va avec notre personnalité et notre mode de vie. J’ai déjà vu des gens peu actifs adopter un Bordie Colley, alors que ce sont des chiens qui ont besoin de bouger et de jouer », affirme Mme Clin.

Le propriétaire du centre canin La proie du chien, Guy Bolduc, donne le même son de cloche. On ne peut pas promettre de corriger les mauvaises habitudes des chiens.

« Je dirais que c’est variable, car ça dépend du chien, de son comportement, depuis combien de temps qu’il se comporte comme ça et de son maître, indique-t-il. C’est du cas par cas. De façon générale, tous les chiens peuvent s’améliorer de façon significative. »

« Il faut lire le chien, car il va donner des signes avant-coureurs, continue M. Bolduc. Ils vont le dire avant de mordre ou de se sauver, mais les gens ne le remarquent pas. C’est quelque chose qui fait partie de la base de ce qu’on donne comme éducation », résume-t-il.