L’équipe du comité de création du lipdub a réalisé un vidéo touchant démontrant la proximité entre la communauté comptonoise et les élèves de l’école Louis-Saint-Laurent, espérant attirer l’attention du ministre de l’Éducation à leur projet d’agrandissement.

Un lipdub pour attirer l’attention du ministre [VIDÉO]

La relation précieuse que partage l’ensemble du village de Compton avec son école et ses 228 élèves est mise en lumière dans un lipdub réalisé à l’intention de Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation, dans l’espoir de faire accepter le projet d’agrandissement de l’école Louis-Saint-Laurent.

Il n’y a pas que les élèves de l’école Louis-Saint-Laurent qui se sont déhanchés pour réaliser le lipdub destiné à attirer l’attention du ministre de l’Éducation. Toute la communauté, des travailleurs de la voirie aux membres du conseil municipal, ont dansé au son de la chanson Toi + moi de Grégoire Boissenot.

«On a voulu démontrer que nos enfants sont bien ici à Compton, ils ont besoin de leur communauté pour continuer à évoluer, explique Lyne Labrie, membre du comité du lipdub. La communauté a besoin d’eux aussi, c’est vraiment une communion. C’est d’ailleurs un de nos meilleurs attraits pour les gens qui viennent s’installer ici.»

Rappelons que depuis 2015, l’école Louis-Saint-Laurent peine à combler aux besoins de la communauté grandissante. L’idée d’envoyer des élèves à Coaticook a été étudiée puis abandonnée, au grand plaisir des parents dont les enfants auraient pu être touchés. Un projet d’agrandissement a finalement été déposé au ministère de l’Éducation en 2018.

«Notre demande d’agrandissement est déposée depuis un certain temps, on devrait avoir la réponse en octobre, enchaine-t-elle. Le nouveau pavillon de trois locaux situé de l’autre côté de la rue aide grandement la situation en attendant l’agrandissement, mais cela vient avec ses désagréments. L’hiver, les jeunes doivent s’habiller et de déshabiller deux fois seulement que pour venir diner à la cafétéria, c’est du temps d’étude qu’ils pourraient avoir. On a besoin de ces quatre nouveaux locaux.»

Une richesse inestimable

Si ce n’était pas de la présence et de la qualité de l’école Louis-Saint-Laurent, Émélie Beaulieu ne serait probablement pas venue s’installer à Compton. Le dynamisme du village, qui l’a charmée, se retrouve en grande partie dans son institution d’enseignement.

«Quand on a demandé à Mme Hébert ce que l’on pouvait faire pour attirer de l’attention à notre cause, elle nous a dit de faire parler de Compton, raconte la mère de quatre enfants qui fréquente l’école. Sans instrumentaliser nos enfants, on a démontré avec un lipdub l’importance pour eux de pouvoir grandir ici dans leur communauté. On voit bien tout ce qu’ils apportent en retour à tous.»

«Compton, c’est plus qu’un village, c’est une communauté, observe-t-elle. Cette communauté est en lien direct avec son école, donc quand il a été question que nos enfants aillent ailleurs, ça ne marchait pas. Le cœur d’un village est son école, c’est ce qui fait grandir nos enfants.»

La députée de Saint-François, Geneviève Hébert, qui était sur place pour le lancement du lipdub, affirme faire tout son possible pour attirer l’attention de son collègue au dossier de l’agrandissement de l’école.

«On se croise les doigts, j’espère sincèrement que le projet va être accepté le plus tôt possible et qu’il sera concrétisé, confie la députée. Ça chemine bien pour le moment. Avec cette belle vidéo, Compton a un très bel argument en sa faveur.»