Un incendie majeur s'est déclaré jeudi matin à Saint-Ludger, dans l'entrepôt principal de l'entreprise Les Équipements Lapierre. L'entrepôt contenait un inventaire complet de matériels et d'équipements acéricoles.

Un incendie ravage un entrepôt à Saint-Ludger

Un incendie majeur a complètement détruit l'entrepôt principal des Équipements Lapierre, de Saint-Ludger, spécialisés dans la fabrication et la commercialisation d'équipements acéricoles et desservant l'Amérique du Nord.
L'entrepôt contenait un inventaire complet de matériels et d'équipements acéricoles d'une valeur de plusieurs millions de dollars. L'édifice de 200 pieds par 60 pieds s'est rapidement embrasé vers 8 h 50 jeudi matin, au point où les trois employés qui s'y trouvaient n'ont rien pu faire avec un extincteur. Ils ont lancé l'alerte au 911 et n'ont pu qu'évacuer rapidement les lieux et attendre l'intervention des pompiers. Aucun employé de l'entreprise n'a été blessé.
Le chef Vincent Morin, du service de protection incendie de Saint-Ludger, a rapidement contacté d'autres corps de pompiers pour leur demander leur aide, soit ceux des municipalités voisines de Audet, Saint-Gédéon, Lac-Mégantic, Saint-Robert-Bellarmin et Lac-Drolet. M. Morin a estimé à 65 environ le nombre total des pompiers sur les lieux au plus fort de la lutte contre le brasier.
« L'édifice a été rapidement avalé par les flammes. Cela s'est fait en peu de temps, cinq minutes tout au plus. Des produits chimiques entreposés à l'intérieur, qui servent dans l'industrie acéricole, ont assurément amplifié l'incendie. Nous nous réjouissons que tous les employés soient sains et saufs. Nous n'avons aucune idée de la cause de l'incendie », a indiqué Christopher Sapienza, directeur des ventes chez Équipements Lapierre.
« Nos opérations sont perturbées pour aujourd'hui (jeudi), mais dès demain matin nous serons au travail, car nos usines de fabrication n'ont pas été touchées, ni nos bureaux. Je veux remercier nos employés pour avoir démontré leurs nerfs d'acier, ce matin. »
Le chef des pompiers Vincent Morin, pour sa part, croit que les produits chimiques entreposés ont pu causer l'incendie. « Notre service d'incendie n'a pas entrepris d'enquête à ce sujet, nous allons laisser les assureurs faire leur propre enquête. Ils doivent venir dès ce soir (jeudi) sur les lieux. C'est dommage pour les Équipements Lapierre que cela arrive en au coeur de la saison des sucres. Au moins il n'y a pas de pertes humaines. Malgré le vent et le froid, nous avons fait, je crois, du bon travail. »