Un hiver plus «classique» que l'an dernier

Après la douceur de l'an dernier, l'hiver qui vient s'annonce plus «classique», avec du froid et de la neige.
André Monette
MétéoMédia prévoit un hiver avec des températures plus près des normales et ponctué de plusieurs précipitations en Estrie.
«Ça sera différent de l'an dernier, quand on n'a pas eu d'hiver», promet André Monette, chef météorologue à la chaîne de télé spécialisée dans la couleur du temps.
«On prévoit des températures autour du moins quatre le jour et moins 15 la nuit en moyenne. Le patron qu'on a actuellement pour l'Estrie, c'est un hiver normal.»
Pour le Québec, MétéoMédia prévoit un hiver froid, accompagné de plusieurs précipitations.
La chaîne de télévision prévoit «un retour en force de l'hiver au Québec» cette année, avec des températures sous les normales pour plusieurs régions. Les conditions seront également plus propices aux précipitations de toutes sortes, de décembre à février.
C'est en analysant le contexte climatique actuel ainsi qu'une série d'années de référence que les météorologues peuvent s'attendre à une saison hivernale plus propice aux précipitations.
Le nombre d'épisodes de douceur ne sera pas élevé en Estrie, ajoute M. Monette, contrairement à l'hiver 2016. En contrepartie, on peut s'attendre à  connaître quelques périodes de froids intenses, mais qui ne s'étireront pas sur plusieurs jours, analyse M. Monette.
Il note qu'El Niño ne sera pas de la partie cette année, ce qui explique un refroidissement des températures vers les normales.
Le temps froid de cette semaine ne reflète pas ce qui nous attend en décembre, assure-t-il. «Décembre prendra du temps à s'installer. Le début du mois sera plus doux», prévoit-il.
«Par contre, l'hiver durera jusqu'à la fin mars.»
 
«Descentes d'air arctique»
André Monette, chef météorologue à MétéoMédia, prévient d'un «contraste avec l'hiver dernier», qui avait été exceptionnellement doux au Québec. Et même si l'automne a été lui aussi très doux, M. Monette croit que «le contexte sera beaucoup plus favorable aux descentes d'air arctique en 2016-2017».
Bref: les températures pourraient être sous les normales dans le sud du Québec, les précipitations (pluie, pluie verglaçante et neige) devraient être plus fréquentes, et l'hiver risque de s'étirer au mois de mars, prévoit MétéoMédia.
Certains secteurs dans le sud et l'ouest de la province, comme Gatineau et Val-d'Or, devraient même connaître des températures sous les normales de saison, estime-t-on. La grande région de Montréal, Québec, Saguenay, Sherbrooke et Gaspé devraient être légèrement sous les normales de décembre à février.
Et la question qui tue les météorologues: aura-t-on un Noël blanc ?
«Contrairement à 2015, où des milliers de Québécois n'avaient pas un grain de neige à Noël, le contexte sera plus favorable cette année pour la période des Fêtes», croit MétéoMédia. «Selon les statistiques, les probabilités de voir de la neige à Noël sont supérieures à 75 pour cent dans le sud de la province, tandis qu'elles sont de 100 pour cent à Saguenay. Dans l'est du Québec, les probabilités varient de 92 à 98 pour cent, de Rimouski à Gaspé.»
Dans les Maritimes, on prévoit pour l'hiver prochain des températures près des normales, avec des précipitations au-dessus des normales. En Ontario, les températures devraient être sous les normales pour la majorité des régions, incluant Toronto, avec des précipitations aussi au-dessus des normales.
Les trois mois plus froids
Pourquoi faire ces prévisions à ce temps-ci de l'année? Parce qu'en météorologie, l'hiver débute le 1er décembre et se termine le 28 février, répond M. Monette. «Ça correspond aux trois mois les plus froids de l'année.»
«L'hiver n'attend pas le 21 décembre pour arriver.»
- Avec La Presse canadienne