Des finissants en kinésiologie de l'Université de Sherbrooke ont créé un guide à l'intention des élèves de 5 à 12 ans ayant un trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Sur la photo, Jessika Gardner, directrice des communications et du marketing d'Explose dans ta pause! et Emmanuelle de Vette, cheffe de projet d'Explose dans ta pause!

Un guide suggère des activités pour des élèves ayant un TDAH

Des finissants en kinésiologie de l'Université de Sherbrooke ont créé un guide à l'intention des élèves de 5 à 12 ans ayant un trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Avec Explose dans ta pause!, ils suggèrent des activités aux enseignants qui travaillent à leur côté.

Le guide regroupe 46 activités et compte quatre sections, qui se penchent sur les activités motrices, cognitives, sociales et individuelles. L'enseignant peut donc choisir l'activité à faire en fonction des besoins particuliers de sa classe. Le livre est accompagné d'une affiche à épingler dans la classe et des pictogrammes plastifiés représentant les différentes activités proposées.

Le projet a été réalisé dans le cadre d'un cours intitulé « Intervention auprès d'une population ».

Un autre groupe d'étudiants avait déjà évalué des besoins au sein de la population; ce portrait a servi de modèle de base pour cette initiative.

« Ils ont évalué le besoin dans les écoles de l'Estrie au niveau des jeunes qui ont un TDAH. On s'est basé là-dessus pour développer notre guide », remet en contexte la cheffe de projet, Emmanuelle de Vette. L'objectif qui en était ressorti était d'augmenter l'activité physique auprès des jeunes de 5 à 12 ans atteints de TDAH et du coup, améliorer leurs capacités cognitives et leur concentration.

« Au départ, on a fait une recherche dans la littérature à savoir ce qui est pertinent pour les enfants de 5 à 12 ans afin d'améliorer leur capacité de concentration. On a des enseignants qui nous ont aidés par rapport à certaines activités qu'on pouvait développer. Par la suite, on est intervenu auprès d'un milieu pour voir quels étaient les besoins », commente Jessika Gardner, directrice des communications et du marketing.

Les bienfaits ressortent dans la littérature. « L'activité physique secrète plusieurs hormones comme l'endorphine. Ça calme après. On l'a vécu : notre prof qui fait la revue technique nous a dit exactement ça. Les élèves sont plus calmes après l'activité », indique Emmanuelle.

« C'est important pour nous que ce soit applicable sur le terrain. »

Les activités pourraient aussi s'appliquer aux autres élèves, qui peuvent bénéficier des bienfaits de l'activité physique.

Les étudiants ont aussi réalisé des vidéos d'activités, comme du yoga et du zumba, sur une chaîne YouTube.

Le lancement du guide aura lieu ce jeudi à 18 h au Carrefour de l'information de l'UdeS. Au total, 17 étudiants ont participé.