La promotrice adjointe du Festival de l’Éco-Transition de l’Estrie Lydia Boutin et l’écopromoteur Carl Lajeunesse ont annoncé la tenue du nouvel événement, qui aura lieu du 21 novembre au 21 décembre.

Un festival vise l’éco-transition

Le Festival de l’Éco-Transition de l’Estrie (FETE.eco) prendra son envol pour la première fois l’automne prochain. Le but est d’éviter l’achat des cadeaux de Noël aux grands magasins et de privilégier les commerces locaux et écoresponsables.

« Le but est d’inciter les gens à prendre des engagements concrets envers la planète tout au long de l’année et, ultimement, de privilégier les commerces locaux et écoresponsables pendant la période des Fêtes », mentionne l'écopromoteur de SÈME Événements et coordonnateur du groupe local de Greenpeace Sherbrooke, Carl Lajeunesse

Le FETE.eco proposera également des conférences, des ateliers et des spectacles du 21 novembre au 21 décembre prochain. M. Lajeunesse aimerait que toutes les entreprises et municipalités embarquent dans la danse.

« Le concept, c’est d’avoir un événement qui va se dérouler à la grandeur du territoire de l’Estrie, affirme-t-il. Tous les commerces qui auront pris des engagements écoresponsables pourront faire partie de la programmation. »

En plus des entreprises, les citoyens et tous les paliers gouvernementaux sont invités à participer au nouveau festival. « Pourquoi les municipalités? Car elles ont le pouvoir décisionnel de charger des choses. Actuellement, 13 municipalités ont adopté la déclaration universelle d’urgence climatique. On veut, pour la première fois au Québec, que l’ensemble des municipalités d’une région soit engagé. Ensuite, d’autres choses seront proposées aux différentes municipalités pour partager les bonnes pratiques », explique M. Lajeunesse.

Des promotions de différents commerçants pourraient être proposées aux citoyens qui feront leurs emplettes. « On veut inciter les gens à faire tout leur magasinage des fêtes dans les commerces écoresponsables et locaux. Cependant, chaque entreprise et commerce pourra proposer différentes activités, donc des ateliers, conférences et spectacles, le tout, sur une programmation journalière », décrit l’écopromoteur.

« On a vu un mouvement se lever en 2018, analyse-t-il. C’est vraiment une année charnière. Maintenant, on veut devenir une région complètement engagée vers cette transition. »

Celui qui avait vécu une sortie difficile avec l’Expo santé-mieux-être en 2017 tente sa chance à nouveau. « On avait vu grand dès le départ. On s’était dit qu’on vendait les producteurs locaux au Centre de foires, car c’était la seule salle assez grande pour l’ambition de l’événement. Financièrement, ça a été difficile, j’ai évité la faillite. [...] Ça a été difficile de partir et de décider de faire un événement au Centre de foires. Ça a été pénible, mais en 2019, il faut revoir la façon dont on fait de l’événementiel, c’est-à-dire de façon écoresponsable », analyse M. Lajeunesse.

L’objectif à un peu plus long terme est de faire de ce festival un événement provincial. Les détails sont disponibles au fete.eco.