Jessica Labrecque est la directrice générale de La maison de Nana.
Jessica Labrecque est la directrice générale de La maison de Nana.

Un énorme coup de pouce pour La maison de Nana à Danville

SHERBROOKE — L’organisme communautaire La maison de Nana de Danville, qui vise à briser l’isolement et combattre l’exclusion sociale, a reçu une grande aide de la Croix-Rouge qui lui a remis un chèque de 44 000 $. Cet argent servira à livrer des repas à la maison à tous les bénéficiaires de l’organisme. 

« Ça fait deux ans qu’on existe et c’est la première fois qu’on va pouvoir engager des personnes et avancer un peu, se réjouit Jessica Labrecque, directrice générale de l’organisme. On a un budget pour m’engager pour coordonner le projet, mais aussi pour engager une cuisinière à temps partiel. »

La Maison de Nana a donc loué une cuisine en partenariat avec la Coopérative alimentaire des Sources. Deux étudiants ont également été embauchés pour l’été.

« On livre trois repas par jour par personne, mentionne Mme Labrecque. On a commencé il y a deux semaines et on avait 10 personnes, cette semaine on en avait 15 et la semaine prochaine on en a 30. Et on n’a même pas commencé à en parler encore! »

« On n’a pas de critères de sélection, ajoute-t-elle. Je crois fermement que ce n’est pas parce qu’une personne travaille qu’elle n’a pas de besoins. Ce qu’on veut, c’est alléger les gens et nos services sont gratuits. Tous nos services étaient gratuits, même quand on n’avait pas une cenne. J’ai payé beaucoup de ma poche. »

La livraison des repas sert à remplacer les soupers communautaires organisés par l’organisme avant la pandémie.

« On avait des gens aisés qui venaient manger autant qu’on avait des gens qui étaient dans la pauvreté, souligne Mme Labrecque. On avait des ados et des plus vieux. On avait des gens atteints d’un handicap. On regroupait les gens. On atteignait de 50 à 100 personnes. »

L’organisme a une ligne d’écoute principalement sur Facebook et fournira également des tablettes aux gens qui n’ont pas nécessairement de moyen de communication. De plus, La maison de Nana proposera dès la semaine prochaine des activités virtuelles avec des conférenciers.

« Ils vont faire des lives et parler avec les gens pour briser la solitude, poursuit-elle. On est déconfiné, mais on s’entend que ce n’est pas toujours idéal de sortir avec un masque. On va essayer de filmer en direct pendant qu’on prépare les repas. »

La Maison de Nana fournira finalement 80 repas par semaine à l’automne à la Coopérative alimentaire des Sources.