Une citoyenne de Magog a pris la parole lors de la dernière assemblée publique du conseil municipal afin de réclamer l’installation de deux conteneurs pour recueillir des contenants de verre non consignés.

Un conteneur pour le verre à Magog?

Constatant que trop de verre se retrouve au site d’enfouissement, la Ville de Magog prévoit placer au moins un conteneur sur son territoire pour recycler plus efficacement les bouteilles de vin et autres objets de ce genre.

Citoyenne de Magog, Janie Gagné a pris la parole, lors de la dernière assemblée publique du conseil municipal, afin de réclamer l’installation de deux conteneurs pour recueillir des contenants de verre non consignés. Elle a fait valoir que d’autres municipalités de la région ont commencé à récupérer le verre de façon différente dans le but d’obtenir de meilleurs résultats en matière de recyclage.

« Si on détourne ce type de chose, on augmente la valeur des matières qu’on recueille grâce aux méthodes de collecte habituelles », a notamment dit Mme Gagné lundi soir.

Visiblement bien informée au sujet du recyclage du verre, cette citoyenne a plaidé pour que les éventuels conteneurs de récupération soient placés à des endroits « très achalandés », cela pour favoriser la participation des gens.

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a rapidement répondu à Janie Gagné que son administration planifiait déjà de mettre en branle un projet semblable. « On a demandé à nos équipes de travailler là-dessus », a-t-elle révélé.

Pour le moment, la municipalité prévoit utiliser seulement un conteneur pour recueillir le verre à recycler de sa population. Mais Mme Hamm admet que ce « serait peut-être pertinent d’en avoir deux », question de mieux desservir le territoire magogois.

Évidemment, bien qu’il ne s’agisse pas d’une mesure particulièrement complexe ou exigeante au plan logistique, des coûts seront associés à ce projet. Voilà pourquoi la Ville songerait à demander au gouvernement du Québec de l’aider à assumer les coûts de son initiative.

Vicki-May Hamm est d’autant plus déterminée à réaliser ce projet qu’elle souhaite voir sa municipalité faire des progrès importants en matière de gestion des matières résiduelles.

« On est en train de revoir notre stratégie pour diminuer l’enfouissement de déchets, note-t-elle. Imaginez, 80 pour cent de ce qu’on envoie à l’enfouissement ne devrait pas être enfoui. Et je dois avouer que je suis particulièrement déçue de ce qu’on fait avec nos matières compostables. On en met beaucoup trop dans la poubelle. »