L’école primaire ADS n’a jamais été aussi pleine dans son histoire selon Isabelle Lodge, citoyenne et membre du comité anglophone de Danville.
L’école primaire ADS n’a jamais été aussi pleine dans son histoire selon Isabelle Lodge, citoyenne et membre du comité anglophone de Danville.

Un comité anglophone à Danville

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
SHERBROOKE — Un comité formé de citoyens anglophones a été mis sur pied à Danville à l'initiative de la municipalité. Il voit le jour à la suite d’un forum tenu au mois de novembre sur l’accessibilité des services en anglais dans la MRC des Sources et celle du Val Saint-François.

« On a beaucoup parlé d’accessibilité des services lors du forum tenu par la Ville, mentionne Isabelle Lodge, citoyenne de Danville et membre du comité. Il y a des choses importantes qui sont ressorties sur la communication surtout. Les gens ne sont pas au courant de tous les services disponibles en anglais. »

Le comité s’assurera donc de mettre en place des solutions aux problèmes soulevés et faire connaître les services disponibles en anglais.

« On va analyser ces résultats et voir quelles actions peuvent être mises en place, ajoute Mme Lodge. On va prioriser parce que tout faire, on oublie ça. »

Les communications avec la Ville, la banque, les services d’urgence et le réseau de la santé ont fait l’objet de discussion.

« La réalité, c’est que la plupart des anglophones purs et durs qui ne parlent pas français sont des aînés, explique Mme Lodge. Naturellement, ils ont des besoins plus grands par rapport à la santé. Parfois, les gens ne savent pas que quelqu’un pourrait leur répondre en anglais. Il y a de l’inquiétude et ils n’essaient même pas d’appeler. Je sais qu’il y a eu des améliorations à l’hôpital. S’il n’y a personne pour parler en anglais, il y a au moins un document disponible. »

La communauté anglophone de Danville et des environs est en train de changer selon Mme Lodge.

« L’école n’a jamais été aussi pleine dans son histoire, résume-t-elle. Les inscriptions sont incroyables. Mais la réalité c’est que les gens sont bilingues. Des gens qui ne parlent qu’anglais, il y en a de moins en moins, mais ils demeurent présents. Ce sont des gens qui essaient de rester dans leur maison le plus longtemps possible. »

La première rencontre du comité aura lieu au début de l’automne.