Le centre d’innovation sur les cultures émergentes comprendra notamment un verger expérimental et un espace d’incubation.

Un centre d’innovation sur les petits fruits s’implante à Saint-Camille

La Coopérative de solidarité Cultur’innov démarrera en 2018 un centre d’innovation sur les cultures émergentes à Saint-Camille, l’un des plus importants du genre au Canada. On y retrouvera entre autres une variété de petits fruits en émergence tels que l’argousier, la camerise et le sureau.

Le Mouvement Desjardins accordait d’ailleurs récemment 95 000 $ pour ce projet.

C’est dans le village de Saint-Camille que Cultur’innov a décidé d’installer son espace de recherche et de développement. La coopérative souhaitait ainsi simplifier les processus expérimentaux en centralisant les activités. Elle pourrait notamment réaliser des essais de taille, d’amendement et de pollinisation.

Le centre d’innovation comprendra plus largement un verger expérimental pour les cultures émergentes fruitières et les noix. On prévoit aussi y installer un espace d’incubation où des espaces, des équipements et des services seraient partagés aux divers producteurs.

Les équipements de conditionnement pouvant être très coûteux, on estime que cette situation peut être un frein pour les producteurs qui souhaiteraient se lancer dans la production de petits fruits émergents. L’installation d’infrastructures communes s’avérerait alors un sérieux coup de pouce.

« En 2017 et 2018, on aura implanté environ 3500 plants et on pense récolter les premiers fruits d’ici environ trois ans », explique Olivier Brière, coordonnateur à la Corporation de développement de Saint-Camille.

Le projet inclut aussi un axe de formation pour les producteurs. La Corporation de développement de Saint-Camille, Cultur’Innov, l’agence École buissonnière, le Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ) et Orfé se sont d’ailleurs associés afin d’offrir un programme d’accompagnement s’adressant aux producteurs et aux transformateurs de petits fruits du Québec.

Petits fruits, grandes ambitions débutera en avril. Divers experts aideront la cohorte entre autres pour le développement et la mise en marché de produits originaux.

« On espère maximiser les retombées positives de tout ce projet dans la région, qu’on veut vraiment positionner dans le milieu des cultures émergentes. Tout autour, il y a beaucoup de terre en friche où les grandes cultures sont impossibles, mais qui sont parfaites pour les petits fruits », souligne M. Brière.

« En transformant les petits fruits, on pourra aussi diversifier l’offre agroalimentaire. Par exemple avec des alcools fins, des confitures ou encore des produits non alimentaires comme des teintures », ajoute-t-il.

Cultur’innov tiendra d’ailleurs au Camillois sa journée annuelle de conférence sur les cultures émergentes vendredi. Ce sera alors l’occasion de faire le point sur les diverses avancées ainsi que sur le projet du centre d’innovation.