Ronald Martel, Julie Morin et Jean St-Pierre

Trois aspirants maires et du changement à Lac-Mégantic

Le 5 novembre marquera un grand changement au conseil municipal de Lac-Mégantic, alors qu’une seule des sept élus sortants sollicite un nouveau mandat.

Conseillère élue en 2015, Julie Morin brigue le poste de maire, pour lequel deux nouveaux venus en politique municipale sont aussi sur les rangs, soit le journaliste en sabbatique Ronald Martel et le chef du parti Vision citoyen Mégantic Jean St-Pierre.

Autour de la table, un seul conseiller a été élu sans opposition. Il s’agit de l’homme d’affaires François Jacques.

Deux des cinq sièges de conseillers municipaux en élection sont en outre convoités, comme la mairie, par trois candidats.

Ce grand nombre de candidatures dans une municipalité de 5900 personnes s’explique sans doute par des visions fort différentes sur la reconstruction du centre-ville, en chantier depuis plus de quatre ans, avec en toile de fond le dossier de la voie de contournement ferroviaire.

On se souviendra qu’en allant aux urnes dans des élections générales en 2017, les Méganticois rattrapent d’ailleurs le rythme électoral des autres municipalités de la province, puisqu’en 2013, à cause de la tragédie ferroviaire, le mandat de tout le conseil de Colette Roy Laroche avait été prolongé de deux ans jusqu’en 2015.

Les élus sortants ont donc effectué un court mandat de deux ans sous l’administration du maire Jean-Guy Cloutier, qui s’est retiré pour des raisons de santé en août dernier.

Julie Morin se présente comme la candidate de la continuité. « J’aurais aimé que certains de mes collègues puissent continuer, mais le contexte est tellement difficile que je les comprends aussi (de ne pas s’être représentés) », dit la mère de trois jeunes enfants, bachelière en sciences politiques, qui a été attachée politique d’un député de Beauce pendant quatre ans et qui est la bru de la préfète sortante de la MRC du Granit Marielle Fecteau.

Sur ce dernier point, Mme Morin se dit parfaitement à l’aise. « Si je suis élue et qu’elle est élue aussi, on va essayer de ne pas trop en parler dans notre vie personnelle afin de ne pas mêler les cartes. Mais de toute façon, les décisions ne se prennent pas en privé. C’est le conseil municipal qui décide à la Ville et le conseil des maires à la MRC et tout le monde est toujours là. C’est rare que le préfet ou le maire a à trancher. Alors je ne pense pas que ce soit un enjeu. »

Comme journaliste de longue date à Lac-Mégantic, Ronald Martel affirme pour sa part avoir acquis de l’expérience politique en couvrant entre autres les activités du conseil. Il se présente comme le « candidat du changement » qui veut améliorer le sort de ses concitoyens et de sa ville natale « qui tarde à se relever du drame de juillet 2013 ».

Quant à Jean-St-Pierre, qui fait carrière comme chasseur de talents, il amène avec lui un parti politique sur la scène municipale. Le chef du parti Vision citoyen Mégantic aurait voulu avoir sept candidats sur les rangs mais il s’avère qu’ils ne sont que trois. « Certaines personnes qui devaient être avec nous dans le parti ont décidé de se présenter comme indépendants, dit Jean St-Pierre. Ils voulaient garder leur indépendance même si le seul but du parti, c’était d’avoir une vision commune sur le rôle de la ville. »

« Mais dans chacun des districts, ajoute-t-il, il y a quelqu’un qui a cette vision. »

Quelque 4700 personnes ont droit de vote à Lac-Mégantic.

Ronald Martel
63 ans
Journaliste en sabbatique

Je veux travailler très fort dans l’intérêt des Méganticois, qui se révèlent très réceptifs aux idées de mon programme. Comme faciliter les projets des promoteurs pour reconstruire concrètement et plus rapidement le centre-ville sinistré.

Mes trois principaux engagements :

 revoir le projet de caserne de pompiers, qui va faire augmenter la dette de plus de 1,5 million $, en adoptant une solution moins coûteuse;

revoir le projet de rénovation de l’ex-scierie Billots Sélect Mégantic, qui va avoir coûté plus de 20 millions $ sans générer de revenus pour Lac-Mégantic;

mettre sur pied un comité officiel régional, travaillant en équipe avec les municipalités voisines, sur les grands projets comme la voie de contournement ferroviaire.

Pour le budget 2018, tous les directeurs de services devront prévoir une baisse de leurs dépenses de 5 %, au total 835 000 $, afin que les taxes foncières et la dette puissent baisser, éventuellement. Je montrerai l’exemple en baissant le salaire du maire de 10 pour cent dès le budget 2018.

Julie Morin
34 ans
Conseillère sortante

Ma vision est claire : faire de Lac-Mégantic un milieu de vie accueillant, vivant et innovant; une ville où les citoyens sont engagés et fiers.

Ma priorité si je suis élue : informer mieux les Méganticois et les consulter davantage. Tous doivent retrouver leur sentiment de fierté et devenir des ambassadeurs.

Dès le début de la campagne, j’ai fait de l’enjeu de décroissance démographique mon cheval de bataille. Mon objectif : attirer 1000 personnes de plus d’ici 2025.

Pour stimuler le développement économique et assurer une saine gestion des finances publiques, je propose entre autres d’adopter une politique d’achat local et de mettre en place un budget participatif. Je veux aussi maintenir des services de qualité pour les familles et les aînés, positionner la culture comme un moteur de développement et créer la Commission de l’innovation du développement durable.

Mon slogan « L’énergie pour unir et construire » me représente bien. Je suis très présente sur le terrain et sur les réseaux sociaux.

Jean St-Pierre
59 ans
Chasseur de talents
Chef du parti Vision citoyen Mégantic

Les objectifs du parti Vision citoyen Mégantic sont de donner le pouvoir aux citoyens, revoir les postes de dépenses et refaire le budget de la Ville sur une « base zéro », pour justifier chacune des dépenses.

Selon notre parti, le rôle d’une Ville est de gérer la voirie, la collecte des ordures, l’entretien du réseau routier et la qualité de l’eau. C’est à la Société de développement économique du Granit d’établir les priorités dans les dossiers de développement, en s’assurant que les projets futurs soient créateurs de richesses. Nous allons soutenir nos entrepreneurs en limitant les contraintes réglementaires au minimum.

Une de nos premières réalisations sera de diffuser les assemblées du conseil en direct sur le Web. Ainsi, les citoyens auront toutes les informations pour prendre leurs décisions.