Trois ans de prison pour un livreur de cocaïne par taxi

Un chauffeur de taxi de Windsor qui livrait davantage de cocaïne qu’il transportait de clients a été condamné à trois ans de prison.

Étant donné qu’il est détenu depuis l’équivalent d’une année, Mario Turcotte devra purger encore deux ans moins un jour de prison.

À 64 ans, Turcotte a passé une partie des dernières années à livrer de la cocaïne aux quatre coins de Windsor comme en fait foi son plaidoyer de culpabilité à une accusation de trafic de cocaïne entre mars 2017 et mars 2019.

Libéré sous conditions en raison de son état de santé en septembre 2018, Turcotte a récidivé et du même coup brisé ses conditions en mars 2019.

« En réalité, la peine que je vous impose représente trois ans de prison. Je vous avais déjà remis en liberté à la suite des premières accusations en raison de considérations humanitaires liées à votre état de santé. Le ministère public en a aussi eu de la considération à votre endroit en raison de votre état de santé dans le cadre de cette suggestion commune. De votre côté, vous n’avez pas eu beaucoup de considération envers la société. La cocaïne que vous vendez empoisonne la vie de plusieurs personnes. On dit que la justice n’est pas vengeresse, alors je vais vous permettre de purger votre peine ici à Sherbrooke en raison de votre état de santé », a signalé le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec en imposant la peine à la suite d’une suggestion commune de Me Christian Raymond et de la procureure aux poursuites criminelles Me Laïla Belgharras.

Perquisition fructueuse

Lors de sa première arrestation en août 2018, les policiers de la Sûreté du Québec ont trouvé au domicile de Turcotte, situé sur la rue des Pins à Windsor, 52 grammes de cocaïne dans des sachets prêts à la vente, 535 comprimés de méthamphétamine ainsi qu’une somme de 2600 $.

« Une source codée a donné de l’information à la police selon laquelle Mario Turcotte faisait du trafic de stupéfiants à partir de chez lui ainsi que la livraison en véhicule », a expliqué la procureure aux poursuites criminelles Me Maude Lapointe.

En plus des stupéfiants, la perquisition avait permis de saisir des armes ainsi que des caméras de surveillance. 

Turcotte s’était engagé pour un montant de 20 000 $ à respecter ses conditions en septembre 2018, mais il a été arrêté pour le même type de crime en mars 2019. Il est incarcéré depuis ce moment.

En plus du dépôt de 2000 $ qui a été confisqué, il risque de perdre le montant plus substantiel de son engagement financier.

Une probation de trois ans lui a été imposée. Des interdits de contact lui ont été imposés avec certaines personnes.

Il ne pourra posséder à vie des armes à feu.

C’est une enquête menée par la SQ de la MRC du Val-Saint-François avec la division d’enquête et de coordination du crime organisé qui a permis de procéder à l’arrestation du chauffeur de taxi.

Turcotte avait été condamné à deux ans moins un jour de prison dans la collectivité en 2013 pour son implication dans le trafic de stupéfiants.

Turcotte dirigeait une compagnie sous l’égide de Taxi Windsor. C’est par l’entremise de ce commerce que le vendeur de drogue rejoignait sa clientèle. Selon la preuve, il vendait le demi-gramme de cocaïne à 50 $.

L’ordonnance de blocage de sa résidence, qui a été saisie à la suite de son arrestation, sera débattue le 27 avril 2020.