Des travaux majeurs, évalués à plus de 20 millions $, seront entrepris prochainement au centre-ville de Magog.

Travaux au centre-ville de Magog : les commerçants devant l’inconnu

Un mélange d’inquiétude, de résignation et de combativité habite les commerçants du centre-ville de Magog à l’approche des travaux, évalués à plus de 20 millions $, qui auront lieu dans ce secteur.

La Tribune s’est rendue au centre-ville de Magog, vendredi, et a échangé avec plusieurs commerçants afin de savoir comment ils se sont préparés aux travaux à venir et de connaître leurs appréhensions.

« On est inquiet, mais on va s’ajuster à la situation. Il y aura des imprévus, ça paraît évident. Par contre, j’imagine que la Ville de Magog fera les choses en bon père de famille. Il faut juste essayer de rester calme et de bien informer notre clientèle par rapport à ce qui se passera », confie Vincent Renaud, dont le magasin de sport est situé en bordure de la rue Principale Ouest depuis de nombreuses années.

M. Renaud estime que les travaux auront un impact durant quelques années sur les commerces du centre-ville de Magog. Toutefois, il pense que son magasin ne sera pas le plus durement touché parce que le stationnement de celui-ci continuera d’être accessible pendant les travaux.

Malgré cela, Ski vélo a diminué ses achats en vue de la prochaine saison estivale. « On a acheté moins d’articles pour des achats impulsifs faits par des gens qui s’arrêtent chez nous sans avoir planifié leur visite à l’avance. Ça signifie qu’on aura moins de vêtements, sauf du côté de ceux faits pour le vélo », explique le commerçant.

Pierre Morin et Kathy St-Martin, deux des copropriétaires du Liquor Store

Copropriétaire de la boutique Beau et fou, Lucie Bessette reconnaît attendre avec impatience que le vaste chantier prévu ne soit plus qu’un souvenir. « On a tous hâte que ce soit fait. Le plus tôt ce sera terminé, le mieux ce sera », déclare-t-elle.

Beau et fou compte six employés à temps complet. Or, Mme Bessette aimerait bien pouvoir conserver tout le personnel de sa boutique en dépit de la baisse d’achalandage appréhendée en pleine saison touristique.

« Notre premier objectif, c’est de garder nos employés. Pour les occuper, peut-être qu’on fera des travaux que souvent on néglige », note-t-elle, en avouant par ailleurs que son conjoint et elle-même ont fait des économies pour se préparer à la période qui s’amorce.

Pour sa part copropriétaire du Liquor Store, Kathy St-Martin estime que la Ville de Magog a jusqu’à présent bien informé les commerçants. Il demeure toujours une part d’inconnu, mais les informations qui ont été fournies par la municipalité, ces derniers mois, ont vraisemblablement aidé les gens d’affaires du centre-ville à planifier la période de turbulences qu’ils auront à traverser.

« Ce ne sera probablement pas notre meilleur été. On va donc diminuer nos charges pour affronter la situation et s’ajuster aux ventes qu’on fera. On verra quel sera l’impact, notamment en ce qui concerne la poussière qui aboutira sur notre terrasse », déclare Mme St-Martin.

Vincent Renaud, propriétaire de Ski vélo

Cela dit, la copropriétaire du Liquor Store est persuadée que les travaux annoncés étaient nécessaires. « Je suis très contente que la municipalité améliore la rue, les trottoirs et le reste, avoue-t-elle. Les trottoirs sont dangereux en ce moment. Les améliorations qui seront apportées seront un plus, selon moi, dans le futur. Je m’attends d’ailleurs à ce que les choses se passent beaucoup mieux en 2020. »

Kathy St-Martin admet cependant qu’elle aurait aimé que la Ville de Magog offre une compensation financière aux commerces qui seront touchés.

S’efforçant de faire preuve de bonne volonté, son partenaire d’affaires Pierre Morin indique quant à lui que le Liquor Store n’aura d’autre choix que d’avancer « deux semaines à la fois ». Pas question pour lui de planifier à long terme, autrement dit.

Possédant la maroquinerie Cuir Eleganza, Luigi Sciorio confie que la communauté d’affaires du centre-ville vit « beaucoup d’inquiétude » présentement. Il préfère toutefois se montrer volontairement optimiste plutôt que de s’affoler inutilement.

« La Ville de Magog nous informe très bien. Mais, dans les faits, on ne sait pas grand-chose. En plus, c’est vraiment difficile de connaître les impacts. J’imagine qu’on vivra une baisse de nos ventes. Jusqu’à quel point, c’est ça qui est dur à dire. En tout cas, moi je suis prêt à m’endetter pour passer à travers. Et ce n’est pas impossible que j’aille aussi vendre ailleurs les produits que je fabrique », révèle M. Sciorio.

Luigi Sciorio, propriétaire de la boutique Cuir Eleganza

Quoi qu’il en soit, ce commerçant avoue qu’il serait heureux si les travaux avançaient rapidement. « Il faut espérer un bel été, sinon ce sera plus long », prévient-il.

Rappelons que le tronçon de la Principale compris entre les rues Merry et Sherbrooke sera entièrement reconstruit. Les fils électriques seront également enfouis.