Il y aura grève dans le transport scolaire en Estrie du 10 mau 17 avril. Une douzaine d’écoles seront touchées.

Transport scolaire : les parents devront s’organiser

Les Commissions scolaires des Hauts-Cantons (CSHC) et de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) se préparent en vue des journées de grève prévues dans le transport scolaire la semaine prochaine dans la région. On demande aux parents touchés de prévoir le coup en assurant le déplacement de leurs enfants.

Rappelons que les chauffeurs d'autobus scolaire de la compagnie Transdev, affiliés à la CSN, seront en grève du 10 au 17 avril inclusivement.  Le débrayage touchera 66 circuits à la CSRS (Autobus de l'Estrie), 29 circuits à la CSHC et deux circuits à la Commission scolaire des Appalaches (Autobus la Sapinière).

À lire aussi: Grève dans le transport scolaire du 10 au 17 avril

À la CSHC, six écoles de la MRC du Haut-Saint-François (du Parchemin, Notre-Dame-du-Paradis, Notre-Dame-du-Sacré-Cœur, Saint-Camille, Saint-Paul et la polyvalente Louis-Saint-Laurent) et huit de la MRC de Coaticook (Sainte-Edwidge et Ligugé, Gendreau, Louis-Saint-Laurent, Monseigneur-Durand, Sacré-Cœur de Coaticook, Saint-Luc, Sancta-Maria et La Frontalière) n’auront pas de transport scolaire. Les écoles demeureront ouvertes, mais les parents devront prendre les mesures nécessaires pour transporter leur enfant à l’école, affirme le directeur général M. Martial Gaudreau.

«Au moins les parents sont avertis Ça leur donne le temps de s’organiser», fait remarquer M. Gaudreau.

«Nous ne pensons pas avoir un haut taux d’absentéisme. L’an dernier, il y a eu quelques jours de grève et il n’y a avait pas eu beaucoup d’élèves absents. Nous avons demandé aussi aux écoles de se préparer à la possibilité que des enfants arrivent plus tôt à l’école, car transportés par un parent. Il faut prévoir un service de garde.»

À la CSRS, on informera les parents en cours de journée jeudi, en plus d’émettre un communiqué de presse à l’intention des médias. L’information se trouvera aussi sur le site web et la page Facebook de la commission scolaire, indique-t-on au service des communications.

Rappelons que la décision des chauffeurs d’autobus de déclencher la grève découle de «l'attitude inacceptable de la partie patronale», soutient la CSN. La dernière rencontre entre la partie patronale de Transdev et les représentants des deux syndicats qui y opèrent, soit le Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus de l'Estrie et le Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus la Sapinière a convaincu les syndiqués de passer à l’action. Les représentants de la partie patronale n’ont «clairement pas le mandat» de régler le dossier, déplore-t-on.

M. Gaudreau ajoute qu’on a demandé à la Sûreté du Québec d’être présente aux abords des écoles les matins de grève. On s’attend à une circulation plus abondante dans ces secteurs en raison de la présence de véhicules venant déposer des écoliers, dit-il.

«Les gens ne pouvant venir les porter devront avertir leur école», mentionne M. Gaudreau.

«Il serait difficile de faire du pairage entre les gens. Mais les gens peuvent s’entraider dans le voisinage en faisant du covoiturage.

Rappelons aussi qu’une menace de grève plane depuis quelques semaines, alors que des avis touchant cinq syndicats du transport scolaire de la région affiliés à la CSN ont été émis. Le Tribunal administratif du travail (TAT) a été averti que les syndiqués entendent recourir à la grève du 10 au 17 avril inclusivement. À défaut d’une entente entre les parties, un autre avis pourrait annoncer des débrayages du 7 au 14 mai.

Les syndicats des travailleurs d’Autobus des Cantons, d’Autobus de l’Estrie, des Autobus B. Dion, des Autobus la Sapinière et d’Autobus Coaticook font partie du regroupement. Ils comptent environ 230 membres qui se partagent environ 215 circuits scolaires, souligne un communiqué de presse. 

Selon Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie, les dossiers avancent dans le cas des syndicats des chauffeurs d’Autobus des Cantons,  des Autobus B. Dion, et d’Autobus Coaticook. Des dates de négociations sont prévues.

Ce n’est pas du tout le cas pour ce qui est des négociations des syndiqués  d’Autobus de l’Estrie, et des Autobus la Sapinière, exploités par Transdev.