L'école de la Source-Vive d'Ascot Corner est à l'étroit, et les projections de développement urbain montrent que la clientèle continuera de croître. Sur cette photo, on aperçoit des élèves de l'école primaire qui ont pris part aux activités de la caravane  du Grand défi Pierre-Lavoie, plus tôt cette semaine.

Transfert d'élèves : Ascot Corner veut acquérir un édifice

La municipalité d'Ascot Corner prévoit acheter un édifice à proximité de l'école la Source-Vive afin d'éviter que des élèves ne soient transférés ailleurs sur le territoire de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).
Selon la mairesse d'Ascot Corner, Nathalie Bresse, la Municipalité est sur le point de s'entendre avec le propriétaire de l'édifice. Toutefois, comme la transaction n'est pas encore conclue, elle préfère ne pas divulguer l'emplacement exact de l'immeuble convoité.
Une rencontre avait lieu entre des représentants d'Ascot Corner, dont Mme Bresse, et des représentants de l'école, dont la direction de l'établissement, mardi après-midi.
« On leur a proposé des locaux qu'on est en train d'acquérir », souligne-t-elle en rappelant qu'il s'agit d'une mesure temporaire.
« On a déposé le plan de l'édifice à ces personnes-là pour savoir si ça faisait leur affaire à court terme. »
Le but ultime, rappelle Mme Bresse, est d'obtenir le feu vert du gouvernement pour un agrandissement de l'école primaire, qui accueille près de 300 élèves.
Elle indique que la commission scolaire leur a laissé jusqu'en juin 2017 afin de trouver une solution. La CSRS préfère attendre la tenue d'une séance du conseil d'établissement extraordinaire, la semaine prochaine, avant de commenter.
Rappelons que la CSRS envisage de déplacer l'équivalent de deux classes d'élèves de cette école primaire, car celle-ci est à l'étroit.
L'organisation examinait entre autres la possibilité de déplacer les enfants à l'école des Avenues, dans l'est de Sherbrooke, ou encore à Notre-Dame-des-Champs, à Stoke, et ce, pour la rentrée 2018.
Toutefois, aux yeux de la Municipalité, il ne s'agit pas d'une option; celle-ci veut absolument éviter le transfert des enfants.
Advenant le cas où l'édifice ne conviendrait pas à la CSRS, Ascot Corner irait tout de même de l'avant avec l'achat de l'édifice. « C'est très avancé, indique Mme Bresse à propos des pourparlers avec le propriétaire de l'édifice. On devrait signer en janvier. »
Le terrain autour du bâtiment serait suffisamment grand pour accueillir les enfants. L'édifice pourrait, selon son estimation, accueillir « facilement quatre classes ».
« On va entrer en contact avec la commission scolaire pour avoir plus d'information sur la faisabilité du projet. »
Ascot Corner, qui compte plus de 3100 citoyens, prévoit que 177 unités de logement feront leur apparition sur son territoire au cours des trois prochaines années. Selon la CSRS, ces prévisions pourraient se traduire par l'augmentation de 42 élèves.
La municipalité de Saint-Denis-de-Brompton a vécu une situation semblable, il y a quelques années. Elle avait rendu disponibles des locaux pour accueillir les élèves de l'école primaire Jardin-des-Lacs. La communauté s'était mobilisée afin d'obtenir le feu vert de l'agrandissement de l'école; les nouveaux espaces ont été inaugurés en 2014.