Trafic ferroviaire à Coaticook: les désagréments vont durer

Les désagréments causés par l'achalandage de trains anormalement élevé à Coaticook en raison de l'effondrement du pont ferroviaire de Bromptonville plus tôt cet hiver vont durer, malgré les efforts du maire pour obtenir un chemin alternatif pour les convois.

Les bruits stridents en pleine nuit et le blocage périodique de la rue menant à l'hôpital devront temporairement faire partie du quotidien des Coaticookois vivant en bordure du chemin de fer, a conclu le maire Simon Madore à la suite d'un entretien lundi avec le ministère des Transports.

Lire aussi: Les trains inquiètent à Coaticook

« On a fait tout ce qu'on a pu pour détourner le trafic ferroviaire hors de notre ville », assure M. Madore. « Malheureusement, les gens au ministère des Transports nous on dit qu'aucune voie de contournement ne pouvait être utilisée. On a fait tout ce qui était possible, c'est la seule solution envisageable. »

Désagréable, mais sécuritaire

Les citoyens ayant des inquiétudes, voulant faire des plaintes ou demandant une inspection sont invités à écrire à l'Office des transports du Canada à l'adresse courriel info@otc-cta.gc.ca.

M. Madore se fait rassurant quant à ce mal nécessaire, qui ne représente aucun risque pour la population, selon lui. « Une chose est sûre, c'est extrêmement sécuritaire. On espère que le gouvernement va aider la compagnie (Chemin de fer Saint-Laurent et Atlantique) pour que le pont de Bromptonville soit reconstruit le plus vite possible. »