La 23e édition du Souper du partage aura lieu le 11 novembre. Sur cette photo, le fondateur de l’événement, Jean Pelchat, se trouve en compagnie de Marc Lepage, gérant du département des viandes chez Provigo Le Marché à Magog, ainsi que de Stéphane Bégin, président du rendez-vous annuel.

Toujours plus haut pour le Souper du partage

Fracassant tous les ans l’objectif fixé, les organisateurs du Souper du partage Jean Pelchat espèrent amasser plus de 105 000 $ grâce à la 23e édition de cet événement annuel, qui aura lieu le 11 novembre à l’école secondaire de la Ruche à Magog.

L’an dernier, les organisateurs du Souper du partage ont recueilli 105 000 $. Ils préfèrent donc jouer de prudence en se fixant un objectif réaliste pour l’édition 2017.

« Je ne sais pas si, comme à tous les ans, on sera capable de battre le record de l’an dernier, confie le président de l’événement, l’homme d’affaires Stéphane Bégin. Mais c’est sûr qu’on aimerait ça. On verra. »

M. Bégin rappelle que le Souper du partage a été créé pour permettre aux plus démunis de la région de Magog de connaître des moments plus agréables pendant la période des célébrations de fin d’année. « Ce n’est pas tout le monde qui a notre chance, souligne-t-il. Avec cet événement, on veut donner du bonheur à ceux qui ont moins de chance. »

Le fondateur du Souper du partage, Jean Pelchat, ajoute qu’il a voulu joindre l’utile à l’agréable quand il a fondé le rendez-vous annuel. « Le but était de faire une grande fête et de permettre aux participants de rire, festoyer et danser », mentionne-t-il.

Ayant connu des débuts modestes, l’événement est devenu une véritable institution à Magog. Environ 1,3 million $ a été amassé par ses organisateurs depuis la première édition. Plus de 5000 paniers de Noël ont été confectionnés avec l’argent recueilli.

Meilleur bilan environnemental

Afin d’être au goût du jour, les organisateurs ont par ailleurs décidé d’améliorer le bilan environnemental du rendez-vous, qui est supporté par Provigo Le Marché de Magog.

« On a réduit de 50 pour cent les déchets produits par le souper, en 2016, et on désire aller plus loin encore cette année. On est en discussion avec des fournisseurs pour avoir de la vaisselle compostable », indique M. Pelchat.

Il existe deux façons d’aider les organisateurs : en parrainant une famille au coût de 250 $ ou en achetant des billets pour le souper.

Pour de plus amples informations : www.souperdupartage.com.