Vicky-May Hamm

TILM : le milieu magogois peu surpris mais déçu

Bien qu'elle cause de la déception dans le milieu, la disparition de la Traversée internationale du lac Memphrémagog ne semble pas avoir surpris les principaux acteurs politiques et économiques de la région de Magog.
« On s'y attendait à la disparition de la Traversée, admet aisément le député d'Orford, Pierre Reid. Ses dirigeants, Jean-Guy Gingras et Serge Laurendeau, nous avaient prévenus que le retour de l'événement en 2017 n'était pas assuré du tout. »
M. Reid rappelle que les événements sportifs ou culturels, malgré qu'ils puissent se répéter à de nombreuses reprises, ne durent jamais éternellement. « Ils ont habituellement une durée limitée de vie et je pense que, dans ce cas-ci, on était arrivé à la fin de la Traversée. Toute bonne chose a une fin comme on dit. Ce que je comprends, c'est qu'il manquait notamment de relève », déclare-t-il.
Le député d'Orford a d'ailleurs l'impression que les dirigeants de l'événement annuel ont fait tous les efforts nécessaires pour le sauver. « Ce sont des gens très expérimentés et ils ont fait leur travail pour trouver une solution, sans résultat. Des efforts surhumains ont été déployés pour éviter le scénario qui se produit finalement. »
Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm confesse également qu'elle n'a pas été surprise par l'annonce de la disparition de l'événement. « Mais ça me déçoit, assure-t-elle. C'est un deuil en fait. Quand j'étais adolescente, j'ai tellement passé de temps à la Traversée. »
D'après la mairesse, il est difficile de garder en vie des événements d'importance si on ne compte que sur du bénévolat. « C'était un peu le modèle de la Traversée à la fin et c'est difficile dans ce temps-là », souligne-t-elle.
La suite
Puisque l'événement a tranquillement décliné sur une période de quelques années, le député Pierre Reid laisse entendre que sa disparition n'aura pas un impact majeur au plan économique.
M. Reid affirme toutefois qu'il serait favorable à l'apparition d'un nouveau rendez-vous estival d'importance à Magog pour compenser la perte de la Traversée du lac. « Je n'ai pas pour rôle de développer des activités moi-même, mais je serais capable de supporter de nouveaux promoteurs », déclare-t-il.
Vicki-May Hamm confie pour sa part que la Ville de Magog est constamment approchée par des personnes ou des groupes qui aimeraient concrétiser des projets à en sol magogois. « Je pense qu'un nouvel événement nous sera éventuellement proposé. Je n'ai pas vraiment de doute là-dessus », mentionne-t-elle.
Cela dit, elle croit qu'il serait plus important « de trouver des façons d'étirer la saison touristique que de meubler la haute saison. Pourquoi? Pour que la région de Magog continue de recevoir de nombreux visiteurs même dans les périodes traditionnellement plus tranquilles. »
Selon les informations obtenues, il est possible qu'une nouvelle compétition de nage en eaux libres voit le jour à Magog à court terme. Mais elle serait différente de celle qui existait. On privilégierait normalement les nageurs amateurs plutôt que les professionnels.