Le maire de Saint-Denis-de-Brompton Jean-Luc Beauchemin

Taxes: bond de 11 % à St-Denis

En mode rattrapage d’infrastructures alors qu’elle connaît une croissance de population marquée, la Municipalité de Saint-Denis-de-Brompton se donne les moyens de ses ambitions en 2019.

Le conseil municipal a adopté mercredi un budget de 6,2 millions $ en hausse de 18,14 % sur 2018.

Pour y arriver, les contribuables verseront en moyenne 166,08 $ de plus au trésor municipal en taxe foncière et pour les services de la Sûreté du Québec, soit une augmentation de l’ordre de 11 %.

Une partie de cette augmentation tient à l’effet du nouveau rôle d’évaluation qui entre en vigueur en 2019 et où la valeur de la résidence moyenne est en hausse de 4,77 %, passant de 322 548 $ à 337 946 $. 

La taxe foncière générale passe quant à elle de 0,458 à 0,486 $ du 100 $ d’évaluation, une hausse d’un peu plus de 6 %.

En ce qui concerne les services municipaux, la plupart des tarifs seront maintenus par rapport à 2018, tandis que d’autres, comme la collecte des matières organiques et l’accès aux réseaux d’aqueduc et d’égout, monteront. Ces tarifs seront fixés lors de l’adoption du règlement de taxation le 15 janvier, précise l’administration municipale.

« Ce sont de gros chiffres, a commenté le maire Jean-Luc Beauchemin, mais ça fait 30 ans qu’ils n’ont pas mis d’argent pour les infrastructures à Saint-Denis-de-Brompton. On a du rattrapage à faire. On est victimes de notre croissance. »

Dans les faits, la population a augmenté de 31,7 % à Saint-Denis-de-Brompton depuis 10 ans pendant que la valeur foncière de la municipalité a doublé.

Les citoyens seront consultés

Le plan triennal d’immobilisations (PTI) adopté en même temps que le budget mercredi fait par ailleurs état d’investissements de 5,7 M$ en 2019, de 16,2 M$ en 2020 et de 18,7 M$ en 2021.

« Il est important de noter que le conseil municipal évite complètement le recours à la taxe foncière pour payer les dépenses prévues au PTI, assure toutefois le maire Beauchemin. La grande majorité des coûts sera financée par des règlements d’emprunt dont seulement un est en vigueur actuellement. »

Cela signifie que les citoyens auront l’occasion de s’exprimer sur les grands projets que le conseil souhaite réaliser, puisque les règlements d’emprunt sont soumis à une procédure d’approbation référendaire.

« On va consulter les citoyens sur chacun de ces dossiers pour savoir si c’est ce qu’ils veulent pour le Saint-Denis de demain. Nous on sait où on s’en va, mais on ne va pas l’imposer. »

Parmi les grands chantiers, le conseil municipal « met la table pour des études d’architecture, d’ingénierie et de patrimoine des bâtiments publics (hôtel de ville, caserne, maison des pompiers, centre communautaire) puisque ceux-ci ne satisfont plus les attentes de la population ni les besoins de l’administration municipale », peut-on lire dans un communiqué. 

Il est aussi question de réfection de rues, de prolongement des réseaux d’égout et d’aqueduc et d’acquisition d’un garage pour la voirie.

Le conseil a par ailleurs décidé de rapatrier à la Municipalité les loisirs, l’aréna et la culture jusque là gérés par des OBNL. Cela se fait à coût presque nul, dit le maire, puisque ces structures génèrent leurs revenus.

Saint-Denis-de-Brompton tiendra une première assemblée publique de consultation sur les investissements prévus au PTI le 23 janvier.