Sondage: un duel enlevant dans Orford

Le duel que se livrent les candidats Guy Madore, du Parti libéral du Québec (PLQ), et Gilles Bélanger, de la Coalition avenir Québec (CAQ), demeure des plus enlevants à quelques jours seulement du scrutin provincial.

D’après un sondage réalisé par Mainstreet Research le 20 septembre, M. Madore avait alors l’appui de 30,3 pour cent des électeurs de la circonscription d’Orford. M. Bélanger était quant à lui soutenu par 26,7 pour cent de la population. 

Maxime Leclerc, du Parti québécois (PQ) et Annabelle Lalumière-Tign, de Québec solidaire (QS) obtenaient respectivement des scores de 14,6 et de 9,8 pour cent.

Lire aussi: Débat : Gilles Bélanger devient la cible

Coventry : Madore ne promet pas de « miracle »

Une forteresse libérale qui vacille

Par contre, une fois la répartition des électeurs indécis effectuée, les deux meneurs étaient presque à égalité. Le candidat libéral profitait de l’appui de 33,7 pour cent des électeurs et devançait son plus proche adversaire par seulement deux dixièmes de point.

Il importe de noter que Mainstreet Research a demandé à tous les indécis sondés s’ils avaient une préférence ou un penchant malgré leur indécision au moment du sondage. Or, de nombreux indécis étaient tentés de voter pour la CAQ, mais n’avaient pas arrêté leur choix final.

Dans le cadre de ce sondage, Mainstreet Research a interrogé 595 électeurs de la circonscription d’Orford. La marge d’erreur du sondage est estimée à quatre pour cent.

« Au moment où on a appelé les gens, le second débat en français, celui de TVA, n’avait pas encore eu lieu. On peut donc présumer que M. Bélanger a entretemps profité de la bonne performance de son chef, François Legault, à cette occasion. La CAQ a d’ailleurs repris les devants à l’échelle du Québec dans les jours qui ont suivi ce débat », fait valoir Steve Pinkus.

Rappelons que la population d’Orford a uniquement élu des députés libéraux depuis la création de cette circonscription en 1973. « C’est déjà quelque chose pour la CAQ d’être toujours dans la course à cet endroit », résume M. Pinkus.

Le vice-président de Mainstreet Research soutient que, le jour du vote, ce sera sans doute la formation politique la mieux organisée qui, de la CAQ et du PLQ, l’emportera dans Orford.

Steve Pinkus avait estimé, plus tôt dans la campagne électorale, que le candidat Gilles Bélanger figurait parmi les vedettes de l’équipe caquiste. Aujourd’hui, il continue de croire que M. Bélanger constituait une prise intéressante pour son parti. Mais il relativise l’effet de la notoriété d’un individu sur le résultat du vote.

« Les gens ont l’habitude de se fier pas mal à ce qui se passe sur le plan national quand il est question de décider pour qui ils voteront. Seulement un petit groupe de candidats renommés réussissent à échapper à cette règle. »