La bibliothèque financée par Solidaité Haïti-Estrie sur le plateau central haïtien

Solidarité-Haïti en Estrie poursuit son aide concrète

Plus de dix ans après les premiers investissements de Solidarité-Haïti-Estrie, ce sont plus de 1000 familles du plateau central en Haïti qui voient leur qualité de vie s’améliorer petit à petit.

L’organisme de solidarité a multiplié l’aide à des projets au cours des dernières années allant des élevages de chèvres, à la construction d’une école, en passant par un programme de microcrédit, des pépinières d’arbres fruitiers ou à la mise en place d’une bibliothèque.

« Pour les 500 familles qui envoient maintenant leurs enfants à l’école, c’est un gain majeur. Ce sont des petits gestes qui font une différence pour ces paysans », explique le responsable des projets à Solidarité-Haïti en Estrie, Jean Charron.

Ce dernier mentionne que la dernière campagne de souscription a permis d’amasser près de 30 000 $, dont un don majeur d’une fondation de Valcourt, qui a permis la construction d’une bibliothèque en 2019.

Des enfants des écoles primaires Jardin-des-Lacs de Saint-Denis-de-Brompton, Saint-Esprit à Sherbrooke et de l’école Napoléon-Bourassa de l’Acadie en Montérégie ont amassé des livres afin de les faire parvenir à la bibliothèque haïtienne. Estrie-Aide a aussi contribué aux dons de livres.

« Au total, ce sont 32 caisses de livres et cinq étagères qui ont été acheminées par bateau en Haïti en novembre 2019. Ils viennent d’arriver là-bas. Nous avons aussi fait parvenir des machines à coudre », mentionne Jean Charron.

L’argent amassé au cours de la dernière année a aussi permis de payer des manuels pour la formation des enseignants de l’école Paul-et-Isabelle-Côté qui est passée de 200 à 500 élèves depuis 2015. L’organisme Solidarité-Haïti en Outaouais a financé l’agrandissement de l’école.

« Nous aidons à concrétiser les projets qui viennent de la base. Nous n’imposons rien. Ce sont eux qui proposent les projets et qui y travaillent », signale Jean Charron.

Un moulin a manioc doit d’ailleurs entrer en opération une fois que les travailleurs auront été formés pour l’opérer.

« Les paysans ont aussi démarré un cours d’alphabétisation en soirée. Nous aidons à payer les enseignants », indique Jean Charron, dont l’organisme travaille principalement avec l’Organisation citoyenne contre la pauvreté ainsi que celle des Femmes solides.

En dix ans, ce sont plus de 200 000 $ qui ont été investis pour concrétiser les projets.

Une pépinière d’avocatiers, de citronniers et de manguiers pour ne nommer que ces essences a été démarrée par les paysans au cours des derniers mois.

« Nous avions aussi financé un élevage de chèvres qui a atteint son plein potentiel. Le cheptel est passé de 200 à 400 chèvres. Chaque famille peut en bénéficier pour se nourrir ou revendre les portées. Notre programme de microcrédit a aussi permis à certaines femmes d’améliorer leur sort. Les paysans n’attendent pas après nous. Ils proposent des projets et nous ne faisons que donner le coup de pouce supplémentaire », signale le responsable des projets de Solidarité-Haïti en Estrie.