« Nous sommes heureux de cette décision, et surtout, reconnaissant », souligne le directeur des ventes et du marketing chez Destination Owl’s Head, François Leduc, qui partage le même avis que son confrère dans l’industrie touristique.
« Nous sommes heureux de cette décision, et surtout, reconnaissant », souligne le directeur des ventes et du marketing chez Destination Owl’s Head, François Leduc, qui partage le même avis que son confrère dans l’industrie touristique.

Ski: « La meilleure nouvelle depuis six mois », se réjouit le directeur de la station Orford

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Même si la saison de ski s’annonce particulière en raison de la pandémie de COVID-19, le feu vert du gouvernement du Québec pour cet hiver est accueilli avec enthousiasme en Estrie.

Pour le directeur général de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford, Simon Blouin, c’est une très bonne nouvelle pour les stations de ski. « Comme je le disais tantôt, c’est la meilleure depuis six mois », enchérit Simon Blouin.

« Nous sommes heureux de cette décision, et surtout, reconnaissant », souligne le directeur des ventes et du marketing chez Destination Owl’s Head, François Leduc, qui partage le même avis que son confrère dans l’industrie touristique.

Plusieurs conditions émises par la Santé publique devront cependant être respectées selon les différentes zones au Québec : acheter un billet d’entrée à l’avance, respecter les deux mètres de distance entre les amateurs de sports de glisse, porter un couvre-visage à l’intérieur et un cache-cou ou une cagoule à l’extérieur, respecter une « bulle » entre les visiteurs, comme dans le télésiège, remplir un registre des visiteurs quotidiennement et, finalement, se laver les mains fréquemment.

Simon Blouin et François Leduc s’entendent pour dire que la COVID-19 engendrera des coûts supplémentaires cet hiver, comme l’embauche de personnel, l’achat de désinfectant, de plexiglas ou de masques entre autres. Mais les deux hommes ont tout de même un bel aperçu de ce à quoi ils peuvent s’attendre grâce à la saison de golf.

Clientèle américaine

Même que François Leduc espère que les sports de glisse, dont le ski alpin, connaîtront le même succès que ce sport.

« Nous avions toujours la préoccupation de la clientèle américaine, qui ne sera pas là cet hiver, parce que nous sommes près de la douane américaine. Mais si on se fie au monde du golf; l'été on avait habituellement des clients américains qui venaient jouer. Cette année, il n’y en a pas eu, mais les Québécois ont été au rendez-vous. Donc nous n’avions pas vraiment connu de pertes de revenus en lien avec ces clients-là », explique-t-il.

Il croise les doigts pour que ce soit la même chose, mais personne ne s’attend pas à une saison record. « On va s’en souvenir de cette saison », ajoute de son côté le directeur général de la Corporation Ski &Golf Mont-Orford.

« Nous avons déjà un plan de match si nous tombions dans une zone rouge. Il a été créé en fonction des zones de couleurs alors oui, ça va peut-être changer. Moi je suis confiant et, pour le moment, ça se passe bien dans notre zone, en Estrie », mentionne Simon Blouin, qui a collaboré dans la mise en place d’un plan de relance.

Pour le moment, ce dernier ne craint pas que le gouvernement du Québec recule sur sa décision. « Si les gens veulent avoir des temps libres et pouvoir profiter du sport, ils doivent respecter les normes et les règles de la Santé publique. Bref, nous sommes confiants », avance Simon Blouin.

« Nous aimons les gens, mais cette année nous allons les préférer sur les pentes que dans le chalet », souligne François Leduc en ce qui concerne la saison à venir.