Des agriculteurs de l’Estrie offrent du foin à des producteurs de régions frappées par la sécheresse.

Sécheresse: élan de solidarité chez les producteurs agricoles

Un élan de solidarité est en train de naître chez les agriculteurs de la région pour venir en aide à ceux du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay-Lac-Saint-Jean aux prises avec la sécheresse.

Des producteurs agricoles ont fait part à l’UPA Estrie de leur intention de fournir du foin à des agriculteurs de ces régions qui pourraient manquer de nourriture pour leurs vaches.

Lire aussi: Du foin pour deux semaines

«Cette semaine, ça va être déterminant»

Ces deux régions vivent un véritable cauchemar, mentionne François Bourassa, président de l’Union des producteurs agricoles de l’Estrie. « En Estrie, nous sommes privilégiés, dit-il à La Tribune. Nous avons eu moins de rendement, mais ce n’est pas catastrophique. Dans ces régions, c’est la catastrophe. »

« Un appel de solidarité a été lancé et six ou sept producteurs nous ont contactés pour offrir du foin. Ces gens veulent offrir leur foin à ces producteurs au lieu de le vendre aux États-Unis où la demande est forte aussi. »

M. Bourassa ne peut dire s’il est question de donner ou de vendre des ballots de foin. « Ce n’est pas organisé par l’UPA Estrie, ajoute-t-il. Nous allons simplement mettre les gens en relation et éviter les intermédiaires. Nous voulons que ça se fasse de producteur à producteur. »

« L’UPA a écrit au ministre [de l’Agriculture Laurent] Lessard pour le mettre au courant de la situation et faire en sorte qu’on accélère les choses. Il semble que ça va se produire, car la Financière agricole pourrait devancer ses paiements. »

Au Lac-Saint-Jean, on a déclenché l’« urgence foin », rapportait mardi le journal Le Quotidien, compte tenu des conséquences de la sécheresse des dernières semaines. Les producteurs laitiers et animaliers craignent le pire. La Fédération régionale de l’UPA réclame une aide d’urgence en plus d’une rencontre avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Sans cette aide immédiate du gouvernement, plusieurs producteurs pourraient liquider leur cheptel.

« Les pâturages souffrent de la sécheresse, fait remarquer François Bourassa. Des agriculteurs doivent donner du foin aux animaux aux champs. Ça pose un problème quand tu ne penses pas en avoir assez pour passer l’hiver. »  

« Des producteurs pensent vendre leurs animaux. Certains n’ont pas assez de foin pour les trois prochains mois. »