Les hallucinogènes connaissent un regain de popularité dans l’Ouest américain et sur Internet. Et la tendance pourrait s’étendre jusqu’au Québec

Saisie d'une drogue procurant une sensation de «mort imminente»

Un puissant hallucinogène reconnu pour procurer une sensation de «mort imminente» aurait été saisi pour la première fois à Thetford Mines.

La drogue, saisie vendredi dernier lors d’une perquisition dans un domicile de la rue Marchand, serait de la poudre de diméthyltryptamine (DMT).

Lundi, la Sûreté municipale de Thetford Mines a voulu mettre en garde la population contre cette drogue «d’une puissance hallucinogène telle qu’elle procure chez la personne qui en consomme une expérience de mort imminente», indique le porte-parole Yves Simoneau.

La substance «n’était pas encore connue comme présente en région», précise le porte-parole.

La poudre devra être analysée par Santé Canada pour confirmer qu’il s’agit bien de DMT.

La police de Thetford Mines surveillera attentivement les résultats de l’analyse. «Si nos renseignements s’avèrent fondés, ce que ça vient dire, c’est que sur notre territoire, ça devient un autre joueur dans le domaine des stupéfiants», dit Yves Simoneau.

À Québec, les policiers ont déjà saisi de la DMT ces dernières années. «Mais c’est très rare», indique Étienne Doyon, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec.

Pour sa part, la Sûreté municipale de Thetford craint que d’autres consommateurs soient tentés d’essayer cette drogue inédite. Et elle s’inquiète que la substance soit mélangée avec d’autres psychotropes plus répandus comme l’ecstasy, la cocaïne ou la marijuana.

La drogue, saisie vendredi lors d'une perquisition dans un domicile, serait de la poudre de diméthyltryptamine (DMT), un puissant hallucinogène.

«Résurgence?»

Selon Claude Rouillard, expert en neuropharmacologie et professeur à la Faculté de médecine de l’Université Laval, la DMT «n’est pas une nouvelle drogue, mais c’est le genre de drogue qu’on risque de voir ressurgir».

Les hallucinogènes connaissent un regain de popularité dans l’Ouest américain et sur Internet, note M. Rouillard. Et la tendance pourrait s’étendre jusqu’au Québec.

Les effets de cette drogue psychédélique sont difficiles à prévoir, note le professeur. Chose certaine, elle peut provoquer des bad trips.

«Au lieu d’avoir des hallucinations qui sont agréables, par exemple des visions de couleurs kaléidoscopiques», la DMT peut «donner une frayeur importante», explique Claude Rouillard.

Chez les personnes qui ont des troubles de santé mentale, la drogue peut exacerber les symptômes, comme les hallucinations chez les schizophrènes, note M. Rouillard.

La DMT est une substance psychotrope de la plante chacruna traditionnellement utilisée dans un thé psychédélique préparé par les indigènes de l’Amazonie.

Les effets de la DMT se manifestent rapidement et intensément. Dans les années 60, aux États-Unis, la drogue était surnommée le «trip de l’homme d’affaires», car ses utilisateurs pouvaient vivre une expérience psychédélique en moins de temps qu’avec d’autres substances hallucinogènes comme le LSD ou les champignons magiques.

Arrestation

La possession de cette substance et son trafic sont illégaux au Canada. La police de Thetford Mines a d’ailleurs arrêté un suspect lors de sa perquisition sur la rue Marchand.

Isaac Labrecque, 21 ans, a été accusé de possession de stupéfiants, lundi, au palais de justice de Thetford Mines. Il reste pour l’instant détenu.

Lors de la perquisition, les policiers ont aussi saisi de la poudre servant à la production d’ecstasy, des champignons magiques et du liquide qui s’apparente à du GHB.

+

QUAND L'ESPRIT SORT DU CORPS

Des expériences de mort imminente. Voilà ce que des consommateurs de DMT rapportent après avoir consommé ce puissant hallucinogène.

«Les personnes ont l’impression que leur esprit sort de leur corps», explique Claude Rouillard, expert en neuropharmacologie et professeur à la Faculté de médecine de l’Université Laval.

Dans les années 90, le professeur Rick Strassman, du département de psychiatrie, à l’Université du Nouveau-Mexique, à Albuquerque, a administré 400 doses de DMT à 60 participants.

Ceux-ci ont notamment raconté que leur conscience s’était en quelque sorte échappée de leur corps et qu’ils avaient eu l’impression de mourir et de revenir. Le Dr Strassman a publié le récit de ses expériences dans un livre intitulé La DMT : la molécule de l’esprit (DMT : The Spirit Molecule). Un documentaire sur le sujet a aussi été diffusé sur Netflix en 2013.

Les travaux du Dr Strassman ont maintes fois été qualifiés de «pseudoscience» par d’autres scientifiques.

Mais l’an dernier, une étude publiée dans la revue scientifique Frontiers in Psychology a montré que la DMT provoque effectivement des effets similaires à ceux décrits par les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente.