Le conseil de ville de Saint-Denis-de-Brompton laisse tomber la location à court terme sur son territoire. Sur la photo, on aperçoit au centre Jean-Luc Beauchemin, maire de la municipalité.

Saint-Denis envisage un référendum

Le conseil municipal de Saint-Denis-de-Brompton s’accorde un mois de réflexion pour décider s’il organisera un référendum concernant les emprunts de 5,1 M$ et de 538 000 $ dans le dossier de réfections des rues.

C’est que pour l’une et l’autre des propositions d’emprunt, 329 et 278 personnes respectivement ont signé le registre en opposition au projet, il y a deux semaines, obligeant le conseil à aller en référendum ou à abandonner les emprunts.

« Nous évaluerons les différentes pistes de solutions pour prendre la meilleure décision possible. On se donne jusqu’à la prochaine séance pour décider si on organise un référendum ou non », explique le maire Jean-Luc Beauchemin.

Une cinquantaine de citoyens assistaient à la séance du conseil, lundi soir. Certains questionnaient les élus sur l’étude de drainage et sur la possibilité d’envisager différentes façons de réaliser la réfection des rues. D’autres ont applaudi un citoyen mécontent des propos du maire qui avançait que la hausse de taxe pour rembourser cet emprunt de 5 M$ équivalait presque à une sortie au restaurant pour les contribuables. « Pour certaines familles, cette somme sert à payer l’épicerie ou à inscrire leurs enfants à des activités. Je souhaite que les élus soient à l’écoute de la réalité des citoyens », a mentionné Pierre Sasseville.

Quelques citoyens ont pris la parole lors de la période de questions afin de demander des comptes aux élus.

Plusieurs ne s’opposent pas aux travaux d’amélioration des rues, mais à leurs coûts. Pour André Carrier, il serait nécessaire de bien faire les choses. « On a trop fait d’économie de bouts de chandelle. Il est maintenant temps d’assumer nos responsabilités et de mettre en place des structures qui perdureront », a-t-il affirmé, appuyé par plusieurs personnes.

Lors de la séance de lundi soir, l’étude géotechnique, de drainage pluvial et des plans et devis de réfection des rues Véronique, des Sables et Tomy ainsi que l’étude géotechnique et des scénarios de réfection de la rue du Mont-Girard Sud ont été déposées. Les documents sont mis à la disponibilité des citoyens à l’hôtel de ville.

Rappelons que l’emprunt de 5,1 M$ servirait à reconstruire les rues Véronique, des Sables, Tomy et Mont-Girard qui engendrent d’importants problèmes d’enlisement à chaque période de dégel. Un deuxième emprunt de 538 000 $ servirait à aménager un terrain afin d’y recevoir, entre autres, des matériaux granulaires.

Location court terme

Comme annoncé il y a deux semaines, les élus ont par ailleurs abandonné l’idée de permettre la location à court terme de chambres et des résidences principales.

Cela aurait nécessité d’organiser plusieurs référendums et aurait engendré des frais importants. « Le vote était par secteur et il s’agissait de secteurs de lacs couverts par des associations qui étaient contre le projet. Donc en effectuant le calcul de probabilité, il aurait fallu organiser plusieurs référendums par secteur, par type de location : de chambre ou de logement, avec propriétaire ou non. Ç’aurait été un exercice très coûteux et complexe à mettre sur pied sans la faveur des citoyens », justifie le maire.

Les droits acquis seront accordés seulement aux propriétaires qui prouveront qu’ils louaient leur chambre ou résidence avant le dépôt du règlement le 20 novembre dernier. « En retirant le règlement modifiant le règlement de zonage concernant les droits acquis, on donne automatiquement le droit acquis à ceux qui louaient déjà leur demeure avant que le dossier de location à court terme soit sur la table », précise le maire.